Le procureur spécial Robert Mueller arrive à Capitol Hill, à Washington, en juin 2017

Ingérence de la Russie: 50 questions pour les avocats de Trump

WASHINGTON — Le procureur spécial Robert Mueller a remis aux avocats du président Donald Trump une cinquantaine de questions dans le cadre de son enquête sur une possible ingérence de la Russie dans l’élection de 2016, selon des informations véhiculées par le quotidien New York Times.

Les questions portent également sur une éventuelle entrave à la justice de la part du président.

Le Times a obtenu ces questions, qui vont des raisons qui ont poussé M. Trump à congédier le directeur du FBI James Comey jusqu’aux contacts entre la campagne Trump et les Russes.

M. Trump a déclaré mardi matin qu’il est «honteux» que les questions aient été coulées aux médias. Il note aussi, erronément, qu’«aucune question ne porte sur la collusion [avec la Russie]».

Même si l’équipe de M. Mueller a indiqué aux avocats du président qu’il n’est pas ciblé par leur enquête, ils veulent néanmoins savoir s’il s’est rendu coupable d’entrave à la justice et ils souhaitent l’interroger concernant différents événements survenus depuis qu’il est au pouvoir.

Plusieurs des questions obtenues par le Times portent sur une éventuelle entrave à la justice, notamment la réaction du président à la décision du procureur général Jeff Sessions de se récuser de l’enquête sur la Russie — une décision que le président a dénoncée avec colère.

Deux des avocats de M. Trump n’ont pas voulu commenter la situation.

Les questions portent aussi sur une possible ingérence de la Russie et sur une possible coordination entre le Kremlin et la campagne Trump. M. Mueller demande ainsi que ce M. Trump savait des efforts de son équipe, y compris ceux de l’ancien responsable de sa campagne Paul Manafort, pour discuter avec Moscou.

M. Mueller a déposé plusieurs accusations contre M. Manafort, mais aucune ne concerne des crimes associés à une ingérence de la Russie dans la présidentielle de 2016.

Une question demande si M. Trump a eu des discussions concernant une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine et ce qu’il savait des efforts allégués de son gendre, Jared Kushner, pour entamer des communications discrètes avec le Kremlin avant son assermentation.

Les questions portent de plus sur les affaires de M. Trump et sur ses discussions avec son avocat personnel, Michael Cohen, concernant une éventuelle transaction immobilière à Moscou.

Des questions portent enfin sur Michael Flynn, l’ancien conseiller à la sécurité nationale du président qui a été congédié le 13 février 2017 pour avoir menti concernant ses contacts avec les Russes pendant la période de transition après l’élection de M. Trump.