L’incendie qui s’est amorcé jeudi en dehors de Paradise s’étend sur une distance de 404 kilomètres carrés. Il a détruit plus de 6700 bâtiments, ce qui en fait le feu de forêt le plus destructeur survenu en Californie.

Incendies en Californie: le bilan bondit à 23 morts

PARADISE, Calif. - Le bilan des incendies qui ravagent une communauté du nord de la Californie est passé à 23.

Le shérif du comté de Butte, Kory Honea, a déclaré que les enquêteurs avaient retrouvé 14 corps supplémentaires samedi, trois jours après le début de l'incendie.

Il ne reste plus personne à Paradise. Des véhicules carbonisés abandonnés encombrent l'artère principale, preuve de l'évacuation désordonnée survenue un jour plus tôt à cause du feu de forêt qui a ravagé cette localité du nord de la Californie.

Des quartiers entiers ont été réduits en cendre. En une seule journée, cette ville de 27 000 habitants située au pied de la Sierra Nevada, fondée au XIXe siècle, a été en grande partie détruite par des flammes qui se sont déplacées si rapidement que les pompiers ne pouvaient rien faire.

L'incendie qui s'est amorcé jeudi en dehors de Paradise s'étend sur une distance de 404 kilomètres carrés. Il a détruit plus de 6700 bâtiments, ce qui en fait le feu de forêt le plus destructeur survenu en Californie.

Les équipes d'intervention ont commencé à maîtriser l'incendie, ont indiqué des responsables, samedi.

Certains morts ont été retrouvés dans leur véhicule; d'autres à l'extérieur du leur ou de leur maison. Leurs identités n'étaient pas encore connues.

«C'est ce que nous craignions depuis longtemps», a déclaré le shérif du comté de Butte, Kory Honea. Celui-ci a ajouté que les autorités n'avaient pas eu le temps nécessaire pour avertir toute la population.

Selon les autorités, plus de 200 000 personnes ont dû quitter leur domicile à cause des incendies ravageant le nord et le sud de l'État. La ville de Malibu, comptant 13 000 habitants, dont certaines grandes vedettes hollywoodiennes, fait partie des villes évacuées.

Deux personnes ont péri dans les incendies dévastant le sud de la Californie.

Le président Donald Trump a proclamé une déclaration d'urgence qui permettra aux comtés de Butte, de Ventura et de Los Angeles d'obtenir de l'aide du gouvernement fédéral. Il a ensuite menacé de suspendre les paiements pour l'État, affirmant que la gestion des forêts «est tellement mauvaise».

Pacific Gas & Electric Co. a signalé aux autorités de réglementation qu'un problème était survenu sur une ligne de transport d'électricité quelques instants avant le début de l'incendie.

L'ordre d'évacuation lancé jeudi à Paradise a déclenché un exode désespéré, ce qui a provoqué des embouteillages. Beaucoup ont abandonné leur véhicule pour s'enfuir à pied, les flammes les cernant.

«Le feu était si proche que je pouvais le sentir dans ma voiture à travers les fenêtres montées», a raconté Rita Miller, qui a fui Paradise avec sa mère handicapée.

La ville, située dans un canyon entre deux crêtes, était une communauté de retraités populaire, soulevant des préoccupations concernant les résidents âgés et immobiles qui ont été portés disparus.

Patrick Knuthson, un résidant de la quatrième génération, a déclaré que seulement deux des 22 maisons qui se trouvaient auparavant dans sa rue sont toujours là: la sienne et celle de son voisin.

«Le feu a brûlé d'une maison à l'autre, jusqu'à la maison suivante jusqu'à ce qu'elles soient presque toutes détruites», a-t-il dit.

Dans le quartier commercial de la ville, il ne restait que des décombres.

L'église Saint-Nicolas est toujours debout, une exception rare. L'église voisine de New Life a disparu. Une enseigne Burger King s'élève au-dessus d'un tas de gravats calcinés. Il ne reste que des débris noircis derrière l'enseigne du restaurant chinois Happy Garden vantant ses sushis. La mairie a survécu. Mais les bâtiments de la Moose Lodge et de la Chambre de commerce n'ont pas été épargnés.

L'hôpital de la ville, qui compte 100 lits, est toujours debout, mais deux de ses plus petits bâtiments, dont une clinique, ont été rasés.