Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Chad Wolf et Donald Trump
Chad Wolf et Donald Trump

États-Unis: le ministre de la Sécurité intérieure quitte et le FBI craint des émeutes armées

Ben Fox
Associated Press
Article réservé aux abonnés
WASHINGTON — Le chef par intérim du département de la Sécurité intérieure du président Donald Trump a brusquement démissionné lundi, alors que selon le FBI, le pays est confronté à une menace terroriste accrue de la part d’extrémistes cherchant à renverser le résultat des élections.

L’annonce du secrétaire par intérim du Départment de la Sécurité intérieure, Chad Wolf, est déroutante. Cela se produit moins d’une semaine après qu’il se soit engagé à rester en poste et à seulement dix jours de l’investiture du président élu Joe Biden.

On ignore ce qui l’a poussé à changer de cap, mais on sait que les États-Unis se préparent à de potentiels événements violents avant l’investiture du 20 janvier. La police fédérale (FBI) a fait part de son inquiétude concernant des projets de manifestations armées dans les 50 capitales des États et à Washington.

Chad Wolf a cité une contestation juridique de sa direction comme raison de sa démission, mais cela avait fait surface il y a des mois.

«Depuis des mois, nous savons que Chad Wolf a servi illégalement à son poste, donc le moment de sa démission du département est discutable», a déclaré le représentant démocrate Bennie Thompson, président du Comité de la sécurité intérieure de la Chambre. Il démissionne pendant une période de crise nationale et lorsque des terroristes intérieurs peuvent planifier des attaques supplémentaires contre notre gouvernement.»

Chad Wolf, qui occupait un poste intérimaire depuis novembre 2019 et n’a jamais été confirmé par le Sénat, a déclaré qu’il avait été contraint de partir en raison des «événements récents», dont des décisions de tribunaux qui ont conclu qu’il ne pouvait légalement occuper le poste. Il n’a pas précisé les autres événements, ni cité d’autres facteurs.

Le départ de Chad Wolf fait suite aux démissions soudaines d’autres responsables du cabinet irrités par le rôle de Donald Trump qui a encouragé une foule en colère à prendre d’assaut le Capitole le 6 janvier, sous prétexte de fausses allégations de fraude électorale.

Chad Wolf a condamné l’attaque violente du Capitole par les partisans de Donald Trump, la qualifiant de «tragique et écoeurante». La semaine dernière, il avait également déclaré qu’il resterait à son poste jusqu’à la fin de l’administration Trump pour assurer une transition en douceur et aider le département à rester concentré sur les menaces auxquelles le pays est confronté.

La Maison-Blanche n’avait émis aucun commentaire au moment d’écrire ces lignes.

Chad Wolf a dirigé le département de la Sécurité intérieure alors qu’il mettait en oeuvre les priorités de l’administration Trump en matière d’immigration et d’application de la loi, ce qui a suscité des critiques selon lesquelles il aurait politisé un département qui a été créé pour mieux protéger la nation à la suite des attentats terroristes du 11 septembre 2001.

Pendant son mandat, le département a été accusé par un dénonciateur d’avoir supprimé des faits dans des dossiers de renseignement que Donald Trump aurait pu trouver choquants, dont des informations sur l’ingérence de la Russie dans les élections et la menace croissante posée par les suprémacistes blancs. Chad Wolf et le département ont nié les allégations.

Le secrétaire par intérim a défendu son mandat dans sa déclaration aux employés, affirmant que le département avait renforcé la sécurité aux frontières et lancé avec succès l’agence de cybersécurité qui a contribué à la supervision des élections de 2020.

«Je pars en sachant que le département s’est positionné pour une transition ordonnée et en douceur vers l’équipe du président élu Biden», a-t-il écrit.

«Accueillez-les, partagez vos connaissances et apprenez d’eux. Ce sont vos leaders pour les quatre prochaines années ? une période qui sera sans aucun doute pleine de défis et d’opportunités pour montrer au public américain la valeur du département de la Sécurité intérieure et pourquoi il vaut son investissement.»

Peter Gaynor, l’administrateur de l’Agence fédérale de gestion des urgences, assumera les fonctions de chef par intérim du département de la sécurité intérieure jusqu’à ce que l’administration Biden prenne le relais.

+

DONALD TRUMP PUBLIE UNE DÉCLARATION D'URGENCE

WASHINGTON — Le président Donald Trump a publié une déclaration d’urgence pour la capitale nationale, alors que les autorités locales et fédérales sont de plus en plus préoccupées par les violences qui pourraient éclater avant et pendant l’investiture du président désigné Joe Biden le 20 janvier.

La déclaration permet au Département de la sécurité intérieure et à l’Agence fédérale de gestion des urgences de se coordonner avec les autorités locales au besoin.

La déclaration de Donald Trump intervient cinq jours après qu’une foule d’émeutiers pro-Trump eut pris d’assaut le Capitole alors que le Congrès commençait à compter officiellement les votes du collège électoral pour certifier sa défaite face à Joe Biden. Cinq personnes sont mortes.

Donald Trump a passé des mois à se plaindre d’une fraude électorale généralisée, qui, selon les responsables électoraux, n’existe pas.

Plus tôt lundi, la mairesse du District de Columbia, Muriel Bowser, le gouverneur de Virginie Ralph Northam et le gouverneur du Maryland, Larry Hogan, ont exhorté les citoyens à rester à l’écart des événements inauguraux en raison de «l’insurrection violente de la semaine dernière ainsi que de la pandémie actuelle et mortelle de COVID-19».

Lundi, le FBI a fait part de son inquiétude concernant des projets de manifestations armées dans les 50 capitales des États et à Washington.

La déclaration d’urgence de Donald Trump est en vigueur jusqu’au 24 janvier.  AP