Des élèves se sont réconfortés lors d'une vigile mercredi à l'école secondaire Paducah Tilghman, au Kentucky, pour manifester leur soutien aux élèves du lycée de Marshall County, cible la veille d'une fusillade qui a fait deux morts.

États-Unis: 11 fusillades en milieu scolaire depuis le 1er janvier

WASHINGTON — Les États-Unis ont enregistré 11 fusillades en milieu scolaire en 2018, et nous ne sommes que le 24 janvier : les écoles y sont de moins en moins des sanctuaires épargnés par la violence et les Américains semblent fatalistes face à la situation.

Un élève porteur d'une arme de poing a ouvert le feu mardi dans son lycée de l'État du Kentucky, à l'heure du début des classes. Il a tué deux adolescents, une fille et un garçon, âgés de 15 ans comme lui.

La veille, une adolescente avait été blessée par balle dans la cantine de son lycée du Texas.

Ce même lundi, un garçon de 14 ans a lui été éraflé par une balle sur le stationnement d'un collège de la Nouvelle-Orléans. On pourrait également citer, dans les jours précédents, les tirs qui ont visé un bus scolaire dans l'Iowa, un lycée de Seattle, un campus de Californie...

Au lycée de Marshall County dans le Kentucky, 18 autres jeunes victimes ont été prises en charge par les secours, dont 14 blessées par balle. Le tireur, interpellé de façon non violente, va être inculpé de meurtres et tentatives de meurtres et poursuivi comme s'il était majeur.

Un tel fait divers ferait les gros titres de la presse dans beaucoup de pays développés, mais pas aux États-Unis où il s'inscrit dans une banalité répétitive.

Le président Donald Trump n'a d'ailleurs fait aucune allusion au drame durant plus de 24 heures, alors que le premier ministre canadien, Justin Trudeau, avait présenté mardi ses condoléances par téléphone au gouverneur du Kentucky, Matt Bevin.

M. Trump a finalement également appelé M. Bevin et témoigné sa sympathie aux victimes. «Nous sommes avec vous», a-t-il tweeté mercredi après-midi.

Canada 0, États-Unis 11

«Depuis janvier 2013, il y a eu au moins 283 fusillades à travers tout le pays, ce qui revient à une fusillade en milieu scolaire par semaine», souligne Everytown for Gun Safety, une organisation qui lutte contre la prolifération des armes aux États-Unis.

«Pour l'instant, zéro fusillade en milieu scolaire au Canada cette année», a relevé de son côté Shannon Watts, la fondatrice de Moms Demand Action, une association militant également pour un renforcement de la législation sur les armes.

L'énième drame dans le Kentucky a relancé un débat qui tourne à vide : faut-il équiper toutes les écoles de portiques de sécurité? Faut-il au contraire armer (davantage) les enseignants? Au fond chacun sait que, comme d'habitude, aux réactions outrées succédera l'inaction d'un Congrès contrôlé par les républicains.

Pourtant, la tendance sur le long terme offre des motifs d'inquiétude.

Dans une étude sur des «tireurs en action» des années 2000 à 2013, la police fédérale américaine constate une «fréquence en hausse» de ces événements sur la période.

Dans 70 % des cas, l'irréparable est commis en cinq minutes ou moins, ce qui relativise la réaction que peuvent avoir les forces de l'ordre. Dans 24,4 % des cas, les tirs concernent des sites éducatifs.

Limites de la prévention

Les tireurs ayant ouvert le feu à l'intérieur d'un collège ou d'un lycée sont, dans la majorité des faits recensés, élèves de l'établissement. Enfin, note le FBI, les fusillades en milieu scolaire sont souvent les plus meurtrières.

Depuis le massacre de Sandy Hook, une école primaire du Connecticut où furent abattus il y a cinq ans 20 enfants âgés de 6 et 7 ans, les procédures d'alerte et les exercices d'entraînement se sont multipliés dans les établissements scolaires américains.

L'objectif de ces formations est d'apprendre aux écoliers comment réagir face à un individu tirant à l'aveugle dans le but de faire un maximum de victimes.

La police du Kentucky a fait savoir qu'elle avait récemment assuré une telle formation au lycée de Marshall County. Peut-être que sans cela le bilan humain y aurait été pire.