Des «pubs» russes sur Facebook sur la division de la société américaine

WASHINGTON — Des milliers de publicités qui auraient été diffusées sur Facebook et Instagram par la société russe Internet Research Agency ont été publiées jeudi à Washington par des élus du Congrès et montrent un effort concerté visant à diviser la société américaine durant les élections de 2016.

Les démocrates de la commission du renseignement de la Chambre des représentants ont rendu publiques plus de 3000 de ces publicités, qui émaneraient de la société IRA, que le renseignement américain accuse d’être un faux-nez de Moscou, et datent de la période 2015-2017.

Elles montrent une volonté d’attiser la colère et de favoriser le candidat Donald Trump face à son adversaire, la démocrate Hillary Clinton.

Certaines consistaient en des messages placés sur des pages Facebook conservatrices dénonçant par exemple des attaques contre la police ou des dangers associés à l’immigration.

Inversement, d’autres publicités sur des pages ciblant des internautes noirs montraient la brutalité policière ou les agissements de groupes faisant l’apologie de la suprématie blanche.

D’autres messages parfois drôles, destinés à être partagés, renvoyaient les lecteurs à des pages contenant des propos plus explicitement politiques.

Beaucoup de ces publicités étaient déjà connues, mais la base de données publiée jeudi donne une vue d’ensemble de l’effort de division à l’oeuvre durant la campagne électorale.

«Le seul moyen de commencer à nous vacciner contre une future attaque est d’observer directement le type de messages, de thèmes et d’images que les Russes ont utilisé pour nous diviser», a fait valoir le démocrate Adam Schiff, membre de la commission du renseignement.

Facebook a indiqué que les 3000 publicités étaient liées à 470 «comptes et pages non authentifiés» qui avaient depuis été fermés.

Le réseau social a annoncé en avril de nouvelles exigences: préciser qui finance les publicités politiques sur sa plateforme et vérifier leur identité.