Le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a rencontré le gouverneur de l’État de Washington, Jay Inslee.

Des États à contre-courant de Trump

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, a constaté à la COP 23, une conférence sur le climat de l’ONU à Bonn en Allemagne, que plusieurs États américains continuent à lutter contre les changements climatiques malgré la direction du président Donald Trump.

« Le retrait des États-Unis est en toile de fond. Plusieurs États américains sont résolument engagés dans la lutte aux changements climatiques. Ça ne s’arrêtera pas avec M. Trump », a-t-il indiqué au Quotidien lors d’un entretien téléphonique, mardi, en fin d’après-midi.

Rappelons que les États-Unis ont décidé de se retirer de l’entente survenue à Paris lors de la COP 21, en 2015.

Le député a notamment publié une photo sur sa page Facebook où on le voit en compagnie du gouverneur de l’État de Washington, Jay Inslee. 

« Nous avons échangé sur la possibilité que l’État de Washington joigne à son tour le marché du carbone avec le Québec, la Californie et bientôt l’Ontario. C’est le souhait du gouverneur, mais il doit obtenir l’autorisation de la législature pour ce faire. Il a confiance de l’obtenir. Je l’encourage en ce sens », a-t-il écrit sur sa page.

Sylvain Gaudreault a pu constater que le terrain jouit d’une bonne réputation, mais il aimerait quand même que le Québec en fasse plus. 

« Dans le concret, au Québec il y a beaucoup de travail à faire. Le Québec n’atteindra pas ses cibles pour 2020. Il n’atteindra pas non plus sa cible de 100 000 véhicules électriques. Il y a aussi des problèmes de gestion avec le Fonds vert », a-t-il énuméré. 

Le député apprécierait également que les bons coups soient davantage valorisés. 

« Il y a par exemple l’industrie forestière. Le bois est un capteur de carbone, mais le gouvernement tarde à mettre en place des protocoles de crédits compensatoires », a-t-il mentionné, en expliquant que des crédits à la Bourse du carbone pourraient être accordés aux compagnies forestières, dans une mesure qui pourrait être payante pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Québec avait dépêché à Bonn la ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Isabelle Melançon. La ministre fédérale de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna, représentait Ottawa. Plusieurs représentants d’organismes sont également sur place, ainsi que des compagnies innovantes qui tentent de profiter des opportunités d’affaires amenées par la lutte au changement climatique.