Le plus haut diplomate nord-coréen en Italie et son épouse manquent à l’appel, selon un législateur sud-coréen, évoquant la possibilité d’une rare défection d’un haut responsable nord-coréen.

Défection du plus haut diplomate nord-coréen en Italie?

SÉOUL, Corée, République de — Le plus haut diplomate nord-coréen en Italie et son épouse manquent à l’appel, selon un législateur sud-coréen, évoquant la possibilité d’une rare défection d’un haut responsable nord-coréen.

La nouvelle est venue de l’agence d’espionnage sud-coréenne, qui a informé les législateurs à Séoul jeudi du statut de l’ambassadeur par intérim de la Corée du Nord en Italie, Jo Song Gil. Elle a soutenu que l’homme s’était dissimulé des autorités avec son épouse en novembre avant que son affectation en Italie ne se termine à la fin du mois.

Une défection de haut niveau d’un membre de l’élite nord-coréenne constituerait un embarras majeur pour le dirigeant Kim Jong-un alors qu’il poursuit les efforts de diplomatie avec Séoul et Washington et cherche à se présenter comme un acteur de la géopolitique internationale.

Le législateur sud-coréen Kim Min-ki a déclaré qu’un responsable du service national de renseignement de Séoul avait partagé ces informations lors d’une mise à jour à huis clos. Il n’a pas précisé si l’agence d’espionnage avait révélé des informations sur l’endroit où se trouverait Jo Song Gil ou si le diplomate envisageait de faire défection en Corée du Sud.

Kim Min-ki a affirmé que le service de renseignement sud-coréen avait dit ne pas avoir été contacté par Jo Song Gil.

Selon Kim Min-ki, le responsable du service de renseignement a affirmé que Jo Song Gil et son épouse avaient quitté la résidence officielle au début du mois de novembre, plusieurs semaines avant la fin de son mandat.

Le service de renseignement avait dit plus tôt ne pas pouvoir confirmer un article de presse sud-coréen selon lequel Jo Song Gil est sous la protection du gouvernement italien et cherche à obtenir l’asile dans un pays occidental.

Un responsable au ministère italien des Affaires étrangères a affirmé jeudi que Jo Song Gil n’avait pas demandé l’asile à l’Italie. Le responsable, qui a requis l’anonymat conformément à la pratique habituelle, a également noté que Jo Song Gil n’avait plus le statut diplomatique en Italie, probablement depuis la fin de son mandat.