Bernie Sanders

Bernie Sanders dénonce les «salaires de misère» de Walmart devant ses patrons

WASHINGTON — Le candidat socialiste à la présidentielle américaine Bernie Sanders s’est invité mercredi à l’assemblée générale du géant mondial de la distribution Walmart pour appeler à relever le salaire horaire minimum et réduire le niveau «grotesque» d’inégalités entre les employés et ses propriétaires.

Accueilli respectueusement par les dirigeants du groupe, le sénateur indépendant a pris la parole pendant environ trois minutes pour réclamer également qu’un représentant de ses 1,5 million de salariés puisse siéger au conseil d’administration.

«Walmart est la plus grande entreprise privée des États-Unis», et la fortune de ses fondateurs, la famille Walton, est évaluée à quelque 175 milliards $, a déclaré Bernie Sanders devant l’assemblée, réunie dans l’Arkansas.

«Malgré la fortune extraordinaire de ses propriétaires, Walmart paye à de nombreux employés des salaires de misère, des salaires si bas que nombre d’entre eux sont obligés de dépendre d’aides gouvernementales», a-t-il lancé.

Au nom d’une salariée de Walmart, premier employeur privé aux États-Unis, Bernie Sanders a présenté une résolution appelant à relever de 11 à 15 $ le salaire horaire minimum du groupe et à ouvrir un siège aux salariés au conseil d’administration.

«Franchement, les Américains en ont assez de subventionner la cupidité de certaines des entreprises les plus grandes et rentables de ce pays», a-t-il souligné, sur un ton posé.

«Ils sont également indignés par le niveau grotesque d’inégalités salariales et de richesses aux États-Unis, démontré par le fait que le pdg de Walmart gagne 1000 fois plus qu’un employé moyen» du groupe, a-t-il poursuivi.

Walmart a revalorisé les salaires de ses employés par deux fois depuis 2016. Il reste néanmoins en retard comparé à ses concurrents Target (13 $ de l’heure), Costco et Amazon.com, qui paient eux 15 $ de l’heure.  

Dénoncé déjà à plusieurs reprises par le sénateur Sanders, le groupe s’est toujours défendu, disant payer au total 17,50 $ de l’heure à ses employés à plein temps en prenant en compte différents avantages.

«Nous ne sommes pas parfaits mais, ensemble, nous écoutons, nous apprenons et nous évoluons», a déclaré le pdg Doug McMillon.