Un mémorial pour les victimes de l'attaque d'une synagogue californienne

Attaque d'une synagogue californienne: un acte «maléfique» pour les parents du tireur

LOS ANGELES — Les parents de l'adolescent de 19 ans qui a ouvert le feu samedi dans une synagogue de Californie, tuant une femme et blessant trois autres personnes, ont dénoncé lundi un acte «maléfique et méprisable», incompréhensible à leurs yeux.

«Nous sommes choqués et profondément attristés par la terrible attaque contre la synagogue Chabad de Poway» (sud de la Californie), écrivent les parents de John Earnest dans un communiqué publié par leur avocat.

«Mais notre tristesse n'est rien en comparaison de la douleur et de l'angoisse que notre fils a fait subir à tant d'innocents», poursuivent-ils.

«Il a tué et blessé des fidèles rassemblés dans un lieu sacré en un jour saint. À notre grande honte, il appartient désormais à l'histoire des actes maléfiques commis contre le peuple juif depuis des siècles», déplorent les parents du jeune homme, inconnu jusqu'alors des services de police.

John Earnest a fait irruption samedi matin dans la synagogue de Poway, près de San Diego, ouvrant le feu à l'aide d'un fusil d'assaut, qui s'est heureusement enrayé, selon des témoins. Il a tué une femme de 60 ans et blessé trois autres personnes, dont une enfant et le rabbin, selon le bilan communiqué par les autorités.

Avant cette attaque, il a publié un pamphlet antisémite et raciste sur un forum en ligne pour revendiquer une tentative d'incendie contre une mosquée de la région quelques semaines plus tôt.

Dans ce texte, il revendiquait aussi longuement la suprématie de la «race blanche», égrenant tous les poncifs de l'extrême droite raciste adepte de la théorie du complot.

L'adolescent a été inculpé lundi de meurtre et tentative de meurtre, des crimes «motivés par la haine». Il est également accusé de la tentative d'incendie contre la mosquée.

L'attaque contre la synagogue, commise au dernier jour des festivités de la Pâque juive, est intervenue six mois exactement après celle qui avait coûté la vie à onze personnes le 27 octobre dans une synagogue de Pittsburgh, en Pennsylvanie.

«Les actes de notre fils ont été influencés par des gens que nous ne connaissons pas et des idées qui ne sont pas les nôtres», assurent les parents de l'adolescent. «Comme nos cinq autres enfants, il a été élevé dans une famille, une foi et une communauté qui, toutes, rejettent la haine et enseignent que l'amour doit être le moteur de toutes nos actions».

«La façon dont notre fils a été attiré par une chose aussi sombre est un terrifiant mystère pour nous, mais nous avons confiance dans les forces de l'ordre pour découvrir les méandres du chemin qu'il a suivi pour commettre cet acte maléfique et méprisable», ajoutent-ils.

«À cet effet, notre famille coopère avec les enquêteurs. Nous demandons seulement aux médias et au public de respecter notre vie privée et de laisser le système judiciaire faire son travail.»