Des manifestants se sont massés dans une rue au coeur de Moscou lundi, qui était un jour férié en Russie.

10 000 personnes manifestent à Moscou pour la liberté en ligne

MOSCOU - Quelque 10 000 personnes sont descendues dans les rues de Moscou lundi pour dénoncer de nouvelles restrictions à la liberté en ligne.

Les dirigeants russes ont commencé ce mois-ci à bloquer la populaire application de messagerie Telegram, qui refuse de leur fournir les clés du chiffrement de ses données.

Telegram, qui a été développée par l’entrepreneur russe Pavel Durov, cite des raisons de confidentialité et a promis que l’application ne disparaîtra pas.

Dans l’espoir de paralyser Telegram, l’agence russe qui réglemente les communications a bloqué des serveurs qui appartiennent à des géants comme Google et Amazon, ce qui a du même coup frappé des millions de sites internet.

Des manifestants se sont massés sur une rue au coeur de Moscou lundi, qui est un jour férié en Russie, pour dénoncer l’intervention de cette agence. Les manifestants agitaient des écriteaux sur lesquels on pouvait lire «Pour la liberté d’expression» et «À bas le tsar».

Plusieurs estiment que le président Vladimir Poutine encourage ces restrictions à la liberté en ligne. Des manifestants ont scandé «La Russie sans Poutine» ou lancé des avions de papier, qui est l’emblème de Telegram.

La Russie a adopté au cours des dernières années de multiples lois pour restreindre la liberté en ligne et la protection de la vie privée.

Le principal opposant à M. Poutine, le militant anticorruption Alexeï Navalny, a déclaré pendant la manifestation qu’il est intolérable que le gouvernement ait décidé qu’il a le droit de lire tout ce qui s’écrit sur Telegram.