Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Un invité inattendu s’est glissé dans la liste des récipiendaires de l’Ordre de l’Ontario annoncée par le gouvernement ce vendredi. La présence de l’ancien premier ministre, Mike Harris, pour recevoir la plus haute distinction de la province, suscite chez beaucoup l’incompréhension.
Un invité inattendu s’est glissé dans la liste des récipiendaires de l’Ordre de l’Ontario annoncée par le gouvernement ce vendredi. La présence de l’ancien premier ministre, Mike Harris, pour recevoir la plus haute distinction de la province, suscite chez beaucoup l’incompréhension.

Mécontentement après l'Ordre de l'Ontario décerné à Mike Harris

Sébastien Pierroz
Sébastien Pierroz
ONFR+ / Collaboration spéciale
Article réservé aux abonnés
TORONTO –  Un invité inattendu s’est glissé dans la liste des récipiendaires de l’Ordre de l’Ontario annoncée par le gouvernement ce vendredi. La présence de l’ancien premier ministre, Mike Harris, pour recevoir la plus haute distinction de la province, suscite chez beaucoup l’incompréhension.

Ancien chef du Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, Mike Harris a été premier ministre provincial de 1995 à 2002. Durant son mandat, l’ex-chef du gouvernement avait défendu la privatisation du système de soins de longue durée en Ontario, mais aussi demandé la fermeture de l’Hôpital Montfort.

Depuis 2003, il est président de Chartwell, un groupe de foyers de soins de longue durée à but lucratif.

« Doug Ford récompense le président de Chartwell et ancien premier ministre, Mike Harris, de l’Ordre de l’Ontario », a dégainé le chef du Parti libéral Steven Del Duca. « Chartwell est une maison de soins infirmiers à but lucratif qui a laissé tomber nos aînés. M. Harris devrait recevoir une enquête et non une récompense, mais Doug Ford s’occupe avant tout de ses amis. »

Même réaction de déception pour le député néo-démocrate, Guy Bourgouin.

« Offrir l’Ordre de l’Ontario à Mike Harris est une claque dans la face des ontarien(ne)s et un gros manque de respect à ceux et celles qui l’ont bien méritée. »

Sur les médias sociaux, la grande majorité des réactions à la nomination de Mike Harris étaient négatives.

« C’est insulter la mémoire de George Dudley, et ceux qui ont souffert de la tragédie de Walkerton. De nombreuses personnes sont décédées en raison de sa priorité (à Mike Harris) de gagner des dollars pendant la pandémie », a réagi sur Twitter Caroline Marschall, une analyse à l’Agence de la santé publique du Canada.

« La nomination du président de Chartwell, Mike Harris, à l’Ordre de l’Ontario, en particulier après tout ce qui s’est passé avec les maisons des soins de longue durée à but lucratif, est un exemple écœurant de copinage », décoche de son côté, Tom Naciuk, étudiant en droit à l’Université d’Ottawa.

Lisez l'article intégral sur le site web d'ONFR+