Mauril Bélanger, Personnalité LeDroit/Radio-Canada 2016

Ardent défenseur des droits des Franco-Ontariens et fier représentant des citoyens d'Ottawa-Vanier aux Communes pendant plus de 21 ans, Mauril Bélanger, a été choisi à titre posthume Personnalité de l'année Le Droit/Radio-Canada 2016 mercredi lors d'un gala où plusieurs citoyens de la grande région de la capitale fédérale s'étant démarqués pour leur dévouement envers leur travail et leur communauté ont aussi été honorés.
M. Bélanger est monté au front de plusieurs luttes de la francophonie ontarienne, notamment celle pour la sauvegarde de l'hôpital Montfort. M. Bélanger est décédé au mois d'août 2016 à 61 ans. Il était atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA), une maladie dégénérative incurable. C'est sa femme, Catherine qui a accepté le prix devant quelque 140 personnes réunies à l'Université du Québec en Outaouais (UQO), où s'est déroulé le gala.
« Merci pour cet honneur », a d'entrée de jeu déclaré Mme Bélanger, émue, après une ovation des gens présents.
« C'est tellement touchant. Je suis fière de lui, et de vous. Il aimait vraiment la communauté. Il aimait les gens, et certainement la francophonie », a continué Mme Bélanger, précisant qu'il y a toujours plusieurs moments où la disparition de Mauril « est encore surréelle ». 
Mauril Bélanger rêvait de présider la Chambre des communes. Il avait posé sa candidature, mais avait dû la retirer en raison de sa maladie. Il a néanmoins eu l'occasion de réaliser son rêve, le 9 mars 2016, en devenant président honoraire de la Chambre pour un jour.
Les autres lauréats
Le jury responsable de choisir les personnalités de l'année dans différents domaines a sélectionné Marie-Claude Doucet dans la catégorie Affaires. Mme Doucet dirige depuis 13 ans le Mouvement d'implication francophone d'Orléans (MIFO). Cette distinction s'ajoute à celle qu'elle a reçue en avril 2016 alors qu'elle a remporté le titre de Dirigeante de l'année au Gala d'excellence du Regroupement des gens d'affaires.
« On croit dans notre potentiel, mais quand les autres croient en notre potentiel, nous félicitent pour ce qu'on a réussi à faire, ça ajoute aux efforts qu'on a mis, aux compromis qu'on a pu faire et qu'on a parfois demandé à notre famille de faire », a réagi Mme Doucet après avoir reçu l'honneur.
L'ex-directrice de la Maison de la culture de Gatineau, Julie Carrière, a obtenu la distinction dans la catégorie Culture. Sous sa direction, la Maison de la culture aura notamment raflé cinq trophées Félix.
« Je m'étais donné comme défi de créer un lieu vivant où les gens seraient bien et qu'ils s'approprieraient ce lieu, autant les artistes que le public et les groupes sociaux qu'on aide », a souligné Mme Carrière.
André et Adèle Gingras, fondateurs de l'organisme d'aide humanitaire SOPAR, ont remporté la catégorie Engagement social/Bénévolat. 
Leur organisation de développement communautaire et durable créée il y a quarante ans dans leur sous-sol de maison avec, notamment, un ordinateur Commodore, a notamment permis de venir en aide des millions de personnes en Inde, en Afrique et ailleurs dans le monde. M. Gingras a tenu à remercier les citoyens de Gatineau, et les gens qui cheminent avec eux « pour le développement et l'ouverture de notre monde ». 
Membre de l'Ordre du Canada, l'ancien président-éditeur du journal Le Droit, Pierre Bergeron a été choisi Personnalité de l'année dans la catégorie Engagement social/vie professionnelle.
« L'engagement, c'est acheter chez nous, c'est aller visiter nos gens, c'est se recréer dans nos parcs. J'en ai fait toute ma vie, et je suis assuré que tous les gens ici ont fait la même chose. Ça, c'est ma grande fierté d'être ici ce soir », a-t-il indiqué. 
Pour sa détermination inspirante et son leadership communautaire, Anudari Zorigtbaatar a été sélectionnée dans la catégorie Éducation. Le professeur et directeur à l'Institut des sciences de la forêt tempérée, Christian Messier, est le lauréat dans la catégorie Santé, sciences et technologie, tandis que Natasha Watcham-Roy a été la gagnante dans la catégorie Sports et loisirs.
Les coups de coeur du jury ont été à Colette Trent pour son implication depuis plus de 40 ans dans l'accueil des réfugiés au Canada et au jeune homme d'affaires gatinois Adrien Lavoie, propriétaire de la boutique Wooki.ca, spécialisée dans la vente en ligne de chaussures et vêtements de sport.
« Quand on commence, c'est difficile d'arrêter, a indiqué Mme Trent à propos de son engagement. D'ailleurs, on vient de passer une période très intense avec une famille qui devait être expulsée du Canada. Avec l'aide du député de Gatineau et son adjointe, on a réussi à les garder au Canada ».
Chaque lauréat s'est vu remettre une toile de l'aquarelliste Jean-Yves Guindon.