Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les policiers du SPVG ont fait de la prévention dimanche au parc des Cèdres pour s'assurer que les citoyens présents sur les lieux respectent les consignes sanitaires.
Les policiers du SPVG ont fait de la prévention dimanche au parc des Cèdres pour s'assurer que les citoyens présents sur les lieux respectent les consignes sanitaires.

Marina d’Aylmer bondée: un casse-tête pour les policiers

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Des centaines de résidents de la région ont profité du beau temps ce week-end pour fouler en grand nombre la plage du parc des Cèdres, dans le secteur Aylmer, à Gatineau. Une situation compliquée pour les policiers qui tentent de faire respecter à la lettre les consignes sanitaires imposées par le gouvernement québécois pour freiner la propagation de la COVID-19.

Selon le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG), près de 400 personnes se trouvaient sur la plage de la marina d’Aylmer samedi, malgré le fait que la situation entourant la pandémie de COVID-19 demeure critique dans la région. La plage était beaucoup moins achalandée dimanche, bien que des dizaines de personnes s’y trouvaient.

Depuis le 8 avril dernier, le port du masque est obligatoire en zone rouge et orange pour les personnes provenant d’au moins deux adresses différentes qui veulent se rassembler pour une activité récréative extérieure. La consigne ne s’applique toutefois pas si le groupe reste assis et conserve une distance de deux mètres entre chacun des membres.

En zone rouge, les rassemblements sont limités à 8 personnes. Cela complique tout de même la tâche des policiers qui doivent évaluer plusieurs composantes avant de remettre un constat d’infraction.

« Il faut vérifier si les gens rassemblés sont du même groupe et vérifier la distance entre chacun d’eux. Est-ce qu’ils sont assis et respectent les deux mètres ? Parce que dans ces circonstances c’est légal de ne pas porter le masque. Ce n’est pas une situation évidente pour les agents, il y beaucoup de choses à évaluer », explique le lieutenant Lafontaine du SPVG.

Les policiers du SPVG ont fait de la prévention dimanche au parc des Cèdres pour s'assurer que les citoyens présents sur les lieux respectent les consignes sanitaires.

Le SPVG confirme que des constats d’infraction ont été distribués samedi au parc des Cèdres pour les récalcitrants, mais que les patrouilleurs ont surtout été appelés à intervenir de manière préventive. La majorité des groupes abordés par des agents du SPVG ont collaboré avec ces derniers.

Le corps policier gatinois confirme qu’une présence policière accrue a été déployée au parc des Cèdres dimanche, surtout dans le but de faire de la prévention auprès des groupes rassemblés.

Selon le SPVG, aucun constat d’infraction n’a été distribué dimanche au parc des Cèdres, mais plusieurs interventions de sensibilisation ont eu lieu. Le SPVG a confirmé au Droit que les agents avaient quitté les lieux autour de 16 h 30.

Les policiers plus proactifs ?

La conseillère municipale d’Aylmer, Audrey Bureau, s’est dite choquée de constater qu’autant de gens se soient regroupés ce week-end « au beau milieu d’une troisième vague de COVID-19 ».

« Je suis vraiment déçue de voir que les mesures sanitaires sont ignorées par la population, même si on se trouve dans une troisième vague qui est très virulente », se désole Mme Bureau.

La conseillère est d’avis qu’une approche plus proactive des policiers est nécessaire pour limiter les grands rassemblements à la marina d’Aylmer.

« Une fois qu’il y a des centaines de personnes à la plage, c’est très difficile pour les policiers d’intervenir. Si la police est proactivement déployée sur le territoire assez tôt dans la journée, ça envoie un certain message et ça fait en sorte qu’on est capable de réagir en temps difficiles. »

« Il y a une série de mesures qu’on peut mettre en place, en collaboration avec le SPVG, pour s’assurer que si nos policiers ont à intervenir, ils peuvent le faire », enchaîne-t-elle.

Renforcir les mesures

Mme Bureau s’est dite déçue de voir que la Ville n’a pas été plus proactive dans le dossier.

« J’ai constaté que la Ville n’était vraiment pas prête à faire face à la situation, malgré le fait qu’on avait l’expérience de l’année dernière », déplore la conseillère d’Aylmer. « J’avais demandé à la Ville, il y a plusieurs semaines, de prévoir proactivement que le beau temps s’en venait parce qu’on se retrouverait probablement dans une position similaire à l’an passé ».

Le parc des Cèdres joue «un rôle important» pour ceux qui désirent bouger et prendre l'air durant la pandémie, selon Audrey Bureau.

Elle précise toutefois qu’il n’est pas question de fermer le parc des Cèdres complètement.

« Le parc des Cèdres est assez grand pour que les gens puissent y aller dans le respect des mesures sanitaires. Le parc joue un rôle important dans la pandémie parce que ça donne un grand espace extérieur aux gens qui veulent bouger et prendre l’air. »

Mme Bureau affirme qu’il y a une panoplie de mesures qui peuvent être mises en place pour empêcher que de tels rassemblements se reproduisent, surtout avec l’arrivée du beau temps et de la chaleur.

« On sait c’est quoi les mesures qu’il faut mettre en place, on l’a fait l’an dernier. D’où le fait que je ne comprends pas pourquoi la Ville n’a pas vu ça venir. »

« Il faut que la Ville fasse un rappel des mesures sanitaires et marteler qu’elles doivent être appliquées également au parc des Cèdres », ajoute-t-elle.

La conseillère d'Aylmer, Audrey Bureau

Du même souffle, Mme Bureau croit que la Ville se doit de rappeler que c’est « tolérance zéro » pour la consommation d’alcools dans un parc public.

« Il faut aussi ajouter des poubelles et du recyclage, et augmenter la fréquence à laquelle on les vide. On voit [dimanche] qu’au lendemain d’un gros party, il y a des déchets partout. »

Sur la rive ontarienne

De l’autre côté de la rivière des Outaouais, les parcs ont été pris d’assaut par des centaines de résidents d’Ottawa qui cherchaient à prendre un bain de soleil ce week-end.

Alors que le premier ministre Doug Ford a demandé aux Ontariens la semaine dernière de demeurer chez soi durant le nouveau confinement de 28 jours, plusieurs résidents de la capitale ont profité du beau temps pour fouler les parcs de la ville.

Le parc de Mooney’s Bay et les chutes de Hog’s Back ont été particulièrement achalandés cette fin de semaine.

D’ailleurs, le conseiller du quartier Rivière, Riley Brockington, a tenu à rappeler aux Ottaviens de respecter les mesures mises en place par le gouvernement Ford alors que la troisième vague de COVID-19 continue de faire rage dans la capitale fédérale.

« S’il vous plaît, gardez une distance de deux mètres de ceux qui ne font pas partie de votre bulle familiale, même si vous êtes à l’extérieur. Porter un masque dans un parc achalandé est fortement recommandé. Profitons des températures chaudes de façon responsable. »

« Pour ce qui est des rassemblements, 2021 devait être identique à ce qu’on a vu en 2020. Il faut que la Ville se dote d’un meilleur plan », a-t-il conclu.