Marilyne Pigeon a accepté la demande en mariage inusitée de son copain, Philippe Longpré.

Marilyne a dit: «Oui, je le veux!»

Samedi, une demande en mariage inusitée s'est retrouvée en page9 du Droit. Heureuse nouvelle: la réponse de la désormais fameuse Marilyne a été positive.
Philippe Longpré a décidé l'automne dernier de demander sa douce, Marilyne Pigeon, en mariage.
Mais avant d'effectuer la grande demande, il a dû composer avec la perte de l'élément de surprise. C'est ce qui l'a mené à poser ce geste d'éclat. «On travaillait au même endroit. Une journée où j'étais en vacance, je n'y ai pas pensé et je lui ai demandé de prendre mes messages au bureau», raconte M. Longpré.
«Je suis tombée sur le message de Mike, chez Jubilees, qui disait 'The ring is ready'!», poursuit sa fiancée.
Beaucoup de travail
Pendant deux jours, accompagné de son filleul, Philippe Longpré a peint sa demande sur la façade nord du bassin de rétention des eaux situé aux abords de l'autoroute 5 Sud. Une surface de 2500 pieds carrés à couvrir. «Heureusement que mon filleul Médérick était là, je n'aurais pas été capable de le faire tout seul!»
Sans le savoir, Marilyne avait donné l'idée à son amoureux quelques mois auparavant en y écrivant un petit «Je t'aime PL» (initiales de Philippe Longpré). «C'était pour qu'il le voie chaque matin en allant travailler.»
Le plan était parfait. Résidant dans le secteur des Hautes-Plaines, le couple devait passer devant la fresque le lendemain matin. Un autre imprévu s'est toutefois posé sur le chemin de Philippe Longpré: les cours de nage synchronisée du jeudi soir de sa bien-aimée.
Le romantique a donc décidé d'amener sa douce pour une petite marche, bague en poche, sur la piste cyclable près du bassin de rétention des eaux pour éviter qu'elle voie le message en son absence. «J'étais tellement contente! Je savais qu'il y avait une bague quelque part, mais je ne m'attendais pas à ça!»
Vendredi, Marilyne Pigeon est allée peindre sa réponse. Un «Oui, je le veux!» inscrit à côté de la demande avec de la peinture couleur «amour fou».
Jpaquette@ledroit.com