Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Marie-Claude Lortie réalise un rêve «trippant»

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
En devenant la première femme rédactrice en chef du quotidien Le Droit, Marie-Claude Lortie dit réaliser un rêve de longue date.

«Ça fait 33 ans que je suis à La Presse et j’ai fait vraiment beaucoup de choses différentes. […] Quand j’ai vu l’offre d’emploi passer, je me suis dit que c’était vraiment super, parce que ça me permettait de réaliser ce rêve de diriger une salle de rédaction dans une ville que j’adore. J’ai habité la région d’Ottawa-Gatineau pendant quatre ans et je suis partie un peu le cœur gros parce que j’aimais vraiment ça», dit Mme Lortie.

«On ne part pas de La Presse sans avoir une vraiment bonne raison, sans avoir une bonne porte de sortie pour faire quelque chose de vraiment trippant. Pour moi, devenir rédactrice en chef du Droit, c’est quelque chose de vraiment trippant», ajoute la nouvelle rédactrice en chef.

Modèle coopératif

Marie-Claude Lortie quitte un quotidien reconnu pour se joindre à l’équipe du Droit qui a adopté le modèle coopératif pour assurer sa survie l’an dernier. La nouvelle patronne de la salle de nouvelles se dit enthousiaste à l’idée d’embarquer dans cette aventure d’un modèle d’affaires jamais vu pour un média écrit.


« Je trouve ça très intéressant tout le travail qui est fait du côté de la coop pour chercher un modèle qui fonctionne. C’est sûr que ça fait partie des choses intéressantes d’avoir l’impression de participer à la construction d’un nouveau modèle et de la quête de nouvelles solutions super dynamiques. »
Marie-Claude Lortie

À l’écoute

Malgré qu’elle arrive au Droit avec des décennies d’expériences diversifiées dans le milieu du journalisme, Marie-Claude Lortie dit vouloir être à l’écoute des membres de la salle de nouvelles et de la communauté.

«J’ai toutes sortes d’idées de choses qui me font complètement tripper dans le journal. Je le trouve excellent et j’espère le rendre encore plus excellent, mais d’abord, je veux surtout rencontrer l’équipe. Je veux devenir la pilote, si tu veux, d’une équipe, explique Mme Lortie. Je veux voir c’est quoi les rêves de ces gens-là pour le journal et ce qu’eux veulent faire de plus ou de différent. Je suis surtout là pour faire en sorte que l’équipe donne son maximum et atteigne son plein potentiel. Je veux être la boss que j’ai toujours rêvé d’avoir!»

Communauté franco-ontarienne

La nouvelle rédactrice en chef du Droit dit vouloir adopter une approche similaire afin de se rapprocher de la communauté franco-ontarienne, d’où Le Droit prend ses racines.

«Je trouve ça super beau et même un peu émouvant de penser que c’est la raison d’être de ce journal-là. C’est une cause tellement extraordinaire, la défense de la francophonie à travers le Canada. C’est quelque chose qui me touche. Je suis tellement amoureuse de la langue française et de la culture francophone de partout. […] Je veux d’abord et avant tout les écouter, les entendre et savoir c’est quoi leurs attentes envers leur journal», soutient Mme Lortie.

Marie-Claude Lortie doit officiellement se joindre à l’équipe du Droit à compter du 25 mai prochain.

***

À LIRE AUSSI: Une première femme à la tête de l’information au Droit