Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Gabrielle Audet-Quintal, Chloé Gagnon et Aiden Fitzgerald, de l’école secondaire Grande-Rivière, ont recueilli des vêtements d’hiver pour des organismes de charité.
Gabrielle Audet-Quintal, Chloé Gagnon et Aiden Fitzgerald, de l’école secondaire Grande-Rivière, ont recueilli des vêtements d’hiver pour des organismes de charité.

Manteaux, tuques et bottes pour réchauffer les coeurs

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Plus de 110 manteaux, une trentaine de paires de bottes, des pantalons de neige, des sacs de couchage et d’innombrables tuques, gants et foulards. Voilà ce que trois élèves de l’école secondaire Grande-Rivière ont récemment réussi à amasser en marge d’un appel à tous pour une collecte de vêtements d’hiver au profit d’organismes venant en aide aux gens dans le besoin.

Dans le cadre du cours du Programme d’éducation intermédiaire, avec l’appui de l’animateur de vie spirituelle et d’engagement communautaire Dominic Guénette, le trio composé de Chloé Gagnon, Gabrielle-Geneviève Audet-Quintal et Aiden Fitzgerald a travaillé sur ce projet de bénévolat durant plus de trois semaines. Un défi loin d’être banal en temps de pandémie, quand on sait que plus de la moitié des élèves du secondaire ne sont physiquement à l’école qu’une journée sur deux en zone rouge.

Les élèves et le personnel étaient invités à déposer les vêtements dans des bacs installés à divers endroits dans l’établissement, lesquels étaient ensuite vidés de leur contenu par des écoliers en stage et ayant une déficience intellectuelle légère.

Les instigateurs de l’activité procédaient ensuite au tri des items, qui devaient être en quarantaine avant d’être remis au Gîte-ami et au programme « Bien au chaud » du Centre alimentaire d’Aylmer, qui vient en aide aux familles défavorisées.


« On ne s’attendait pas vraiment à ça. »
Chloé Gagnon

« Leur première idée, c’était de faire une collecte de vêtements et d’objets, alors je les ai un peu orientés vers certains besoins du centre alimentaire. Je leur ai suggéré de faire une collecte ciblée plutôt qu’une collecte d’un peu n’importe quoi, afin que les gens sachent dans quoi fouiller à la maison pour des dons », de dire M. Guénette.

Les adolescents ont été surpris de la générosité des gens dans l’école.

« On ne s’attendait pas vraiment à ça », confie Chloé Gagnon.

M. Guénette souhaitait que les dons se fassent le plus rapidement possible, avant la première véritable neige, afin que les gens dans le besoin puissent éviter d’aller au magasin pour dépenser. Les vêtements recueillis ont été donnés aux organismes il y a trois semaines.

Trouver un organisme n’a d’ailleurs pas été une mince tâche.

« Ensemble, on a certainement appelé une douzaine d’organisations et on a eu énormément de difficulté à en trouver qui étaient prêts à accepter des dons, soit en raison de la COVID-19 ou parce qu’ils ne les acceptent pas point final. Ç’a été un gros défi de trouver l’endroit qui nous servirait d’intermédiaire afin que les vêtements ne se ramassent pas simplement à la Société Saint-Vincent-de-Paul ou au Village des valeurs, mais directement aux familles dans le besoin. On travaille beaucoup avec le Centre alimentaire, alors c’était une bonne porte d’entrée », mentionne-t-il.

Une travailleuse sociale du Centre de services scolaire des Portages-de-l’Outaouais (CSSPO) qui œuvre auprès de familles immigrantes aux prises avec des difficultés financières a également recueilli des articles hivernaux pour certaines personnes, tout comme des élèves ont pu en apporter à leur propre maisonnée.

Cette collecte, qui en était à une première, sera répétée en 2021 si l’intérêt des jeunes est là.