La famille Létourneau, de Chelsea, avait encerclé la date du 27 septembre sur son calendrier depuis plusieurs semaines.

Manifester en famille pour embellir le futur [PHOTOS]

Soucieuses de l’avenir à la fois de notre planète et des générations à venir, plusieurs personnes ont joint l’utile à l’agréable en manifestant en famille vendredi dans les rues de Gatineau et d’Ottawa. Parlez-en aux clans Fournier et Létourneau, rencontrés par Le Droit.

« Je voulais être ici parce que je veux que lorsque je serai plus vieille, la planète soit encore belle, pas toute polluée », s’est tout bonnement exclamée Elsa, huit ans, qui avait enfilé ses espadrilles pour marcher avec ses parents, Rosalie et Mark, ainsi que ses frères et sœurs Isaac, Eli et Kassih.

L’environnement leur tenant à cœur, sa mère ne cache pas que le vendredi 27 septembre était encerclé au calendrier des Létourneau depuis plusieurs semaines déjà.

« On pense que c’est la cause la plus importante en ce moment et on veut conscientiser nos enfants pour qu’ils soient des citoyens exemplaires dans le futur, qu’ils fassent des efforts. On a tous pris congé de nos occupations. Je veux qu’ils (les enfants) puissent avoir une belle vie, comme le reste des gens sur la planète. Ça touche tout le monde », a-t-elle lancé quelques minutes avant le coup d’envoi de la manifestation dans le Vieux-Hull.

À LIRE AUSSI : Manifestation monstre pour le climat à Ottawa-Gatineau [PHOTOS]

«Une marche mue par Greta Thunberg», l'éditorial de Pierre Jury

Pour elle, il est clair que les gouvernements « n’en font pas assez » et qu’il est impératif de mettre davantage de pression sur les multinationales « afin qu’elles soient forcées de faire leur part », au même titre que les citoyens « qui font des efforts » sur une base quotidienne.

La famille, qui habite à Chelsea, affirme qu’elle tente d’être verte du mieux qu’elle le peut pour faire une différence, aussi minime soit-elle.

Accompagnée de ses filles Gabrielle et Camille, la Gatinoise Isabelle Fournier a tenu à marcher pour le climat.

Par exemple, le papa utilise son vélo pour se rendre au boulot, des lunchs zéro déchet sont concoctés à la maison, on achète des vêtements usagés et on mange local autant que faire se peut, dépendant de la période de l’année.

Le recyclage et le compostage s’ajoutent évidemment au lot.

Ce militant de Granby affiche ses couleurs...vertes!

Un geste vert ou une partie de quilles ?

Isabelle Fournier tenait quant à elle à être accompagnée de ses filles Gabrielle et Camille pour participer à cette marche qui a rallié plusieurs milliers de personnes.

Sensible à la cause de l’environnement depuis sa tendre enfance, son envie de participer à l’événement a été décuplée quand elle a constaté que sa cadette a préféré opter pour une activité de ramassage de déchets dans son quartier du secteur d’Aylmer plutôt que de jouer une partie de quilles.

« C’est significatif, elle a invité des amis à la maison et a fait une petite vidéo pour l’école. Le fait qu’elle s’intéresse à la cause de l’environnement, je trouvais donc que c’était un bon temps pour profiter du momentum et les amener ici, pour qu’elles voient ce qu’est une manifestation et l’importance que ç’a pour le futur de notre planète », dit la Gatinoise.

Sa famille est majoritairement végétarienne, voire végétalienne, et un fermier apporte des légumes frais à la porte de leur résidence chaque semaine.

Elle ne nie pas être inquiète pour l’avenir, considérant « les choix politiques qui se font ».

« Qui ne l’est pas ? Il y a des gens qui sont dans le déni total, oui, mais la plupart des gens sont inquiets. Moi, à l’époque, mon père ne voulait pas avoir d’enfants, car il était inquiet pour l’avenir de la planète. Bon, il en a finalement eu et en est bien content, mais moi j’ai mes enfants et j’ai encore les mêmes peurs. À quel point ça va évoluer dans le mauvais sens ? Je pense que ce devrait (l’environnement) être le sujet le plus important à l’heure actuelle et ce n’est pas nécessairement le cas. On est souvent tourné vers des enjeux complètement superficiels. L’humain est comme ça, on va s’intéresser à des choses hyper pas pertinentes et on dirait qu’on ne veut pas avoir les vraies discussions. J’espère que ça va changer », conclut Mme Fournier, tout en continuant à marcher.