Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les manifestants ont défilé dans les faubourgs de la ville en agitant des drapeaux blancs et rouges de l’opposition.
Les manifestants ont défilé dans les faubourgs de la ville en agitant des drapeaux blancs et rouges de l’opposition.

Manifestations de l’opposition à Minsk, des dizaines d’arrestations

Agence France-Presse
Article réservé aux abonnés
MINSK — Des dizaines de personnes ont été arrêtées dimanche à Minsk à la suite de nouvelles manifestations pour réclamer le départ du président bélarusse Alexandre Loukachenko, selon le groupe de défense des droits de l’homme Viasna.

La police est intervenue en masse pour bloquer le centre-ville de la capitale et a fait usage de canons à eau pour disperser les manifestants, selon Viasna.

Les manifestants ont défilé dans les faubourgs de la ville en agitant des drapeaux blancs et rouges de l’opposition.

Selon le site d’information proche de l’opposition Nasha Niva, une centaine de rassemblements d’opposants ont été organisés à Minsk et dans ses environs.

Contrairement aux weekends précédents marqués également par des manifestations, les stations de métro dans le centre de la capitale étaient restées ouvertes et les liaisons internet et par téléphone portable n’avaient pas été coupées, a constaté un journaliste de l’AFP.

La réélection début août de M. Loukachenko, 66 ans et au pouvoir depuis 1994, a été jugée frauduleuse par l’opposition et l’Occident et a déclenché des protestations de masse.

Soutenu par Moscou, Alexandre Loukachenko refuse de quitter le pouvoir et n’a évoqué que de vagues réformes constitutionnelles.

Du fait de la répression au Bélarus, des milliers de protestataires ont été arrêtés. Et de nombreux autres ont fui vers la Lituanie ou la Pologne, dont la principale opposante Svetlana Tikhanovskaya.

Celle-ci a salué dimanche le courage des manifestants qui «ont bravé la répression, la violence et le froid». «Le peuple du Bélarus veut vivre dans un pays démocratique et libre», a-t-elle ajouté sur Twitter.