La crise de la COVID-19 représente actuellement un obstacle au deuil.
La crise de la COVID-19 représente actuellement un obstacle au deuil.

Maisons funéraires: la COVID-19, un obstacle au deuil

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
La perte d’un être cher est toujours une dure épreuve, mais on peut à tout le moins compter sur la présence de nos proches pour nous soutenir dans ces moments difficiles. La crise de la COVID-19 représente toutefois un obstacle au deuil.

À la lumière des mesures adoptées par le gouvernement du Québec pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, des salons funéraires de l’Outaouais ont décidé de ne plus organiser de célébrations de vie.

« On essaie vraiment d’éviter de rassembler trop de gens dans la même pièce », soutient l’agente de communication des Jardins du Souvenir, Suzie Arseneault.

« On finalise les funérailles qui étaient prévues pour cette semaine, mais après ça, c’est terminé », ajoute la directrice générale de la Coopérative funéraire de l’Outaouais (CFO), Guylaine Beaulieu.

Célébrations intimes ou reportées

Mme Beaulieu souligne que la CFO privilégie le report des funérailles et autres rassemblements pour souligner le décès de quelqu’un.

La logistique derrière un tel report sera plus simple lorsque la famille d’un défunt choisira la crémation, mais la directrice générale de la coopérative assure que leur morgue a la capacité d’entreposer un grand nombre de dépouilles, si les proches préfèrent que leur proche soit exposé.

Aux Jardins du Souvenir, on favorise la tenue d’un enterrement intime avec la famille immédiate des défunts, mais on peut également entreposer des dépouilles jusqu’au 14 mai, pour ceux qui préfèrent attendre que des funérailles traditionnelles puissent être organisées.

Dans les deux organisations, on continue de rencontrer les proches des personnes décédées pour leur offrir un accompagnement approprié dans une période de deuil, même si on tente de limiter le nombre de personnes présentes durant chaque rencontre.

« On va évaluer au jour le jour ce qui se passe, lance Guylaine Beaulieu. On est très sensible à la réalité des familles. Ce n’est pas de gaieté de cœur qu’on annule la tenue des cérémonies. »

Tant la CFO que les Jardins de Souvenir assurent également avoir rehaussé les mesures sanitaires dans leurs locaux pour limiter la propagation de la COVID-19 aux employés ou à leur clientèle.