Il est possible de lutter contre le gaspillage alimentaire dans les cabanes à sucres.

Lutter contre le gaspillage alimentaire au temps des sucres

Le traditionnel temps des sucres est commencé. Tire d’érable, oreilles de crisse, bacon et fèves au lard seront au menu dans les différentes cabanes à sucre de la région. Toute cette nourriture peut cependant être synonyme de gaspillage alimentaire.

« C’est certain que lorsqu’on place la nourriture sur la table et que les gens se servent eux-mêmes, il y a beaucoup de gaspillage », souligne Mario Beauregard, propriétaire de la cabane à sucre Beauregard à Val-des-Monts.

Avant de fermer sa salle à manger il y a quatre ans, faute de relève, M. Beauregard s’est attaqué au fléau du gaspillage alimentaire dans les cabanes à sucre.

« Au lieu de mettre la bouffe sur les tables, on servait nous-mêmes les clients. Les gens pouvaient revenir au comptoir une deuxième, puis une troisième fois s’ils avaient encore faim. On les servait alors plus modestement au deuxième service et encore plus modestement lors du troisième. De cette façon, on évitait le plus possible le gaspillage », raconte-t-il.

Cette façon de faire a également été empruntée à la cabane à sucre du Muséoparc Vanier.

« On a une table chaude où les cuisiniers préparent la nourriture et on dresse les assiettes, explique la directrice des opérations, Sophia Conradie. On a une assez bonne estimation de la quantité de nourriture qu’on doit mettre dans les assiettes, ce qui fait qu’on a relativement peu de pertes. »

Cependant, à la différence de la cabane à sucre Beauregard, les clients n’ont droit qu’à une seule assiette.

« On mange tout de même bien et les gens sont contents, indique Mme Conradie. Ça nous permet d’éviter le gaspillage parce que c’est assez désolant de gaspiller de la nourriture. On a beaucoup de bénévoles donc on les nourrit avec la nourriture qui a été produite, mais qui n’a pas été servie aux clients, lorsqu’il en reste. »

Le temps des sucres se poursuit dans la région, et ce, dans les cabanes à sucre des deux côtés de la rivière des Outaouais.

+

La traditionnelle tire sur la neige de la cabane à sucre du Muséoparc Vanier, à Ottawa

SUCREZ-VOUS LE BEC DANS LE VIEUX-AYLMER

La rue principale du Vieux-Aylmer prendra les airs d’une cabane à sucre les 30 et 31 mars prochains pour une sixième année consécutive.

Plus d’une vingtaine de commerces offriront des produits locaux dérivés de l’érable aux amateurs de sucre. Queues de castor maison, barbe à papa à l’érable et tire sur la neige en font notamment partie.

Outre la nourriture, plusieurs activités auront également lieu sur la rue Principale au cours du week-end.

Spectacle de musique traditionnelle, maquillage pour enfants, zumba, jeux d’habiletés et tours de poney sont à l’horaire.

Une randonnée à bord d’une calèche sera aussi organisée pour les festivaliers qui souhaitent découvrir le patrimoine de la rue Principale.

L’événement est organisé par l’APICA, en collaboration avec les commerçants locaux.

***

ALLER À LA CABANE À SUCRE... DANS LE MARCHÉ BY

Les amateurs de délices d’érable seront servis ce week-end alors que la Célébration du temps des sucres envahira les rues du marché By.

Les gens sont invités à se joindre aux festivités qui se dérouleront entre 10 h et 15 h samedi et dimanche.

Au menu, on y retrouve des démonstrations de menuiserie artisanale, des kiosques de maquillage pour les enfants, des tirages et sans oublier les divers produits d’érable qui seront présentés par des commerçants locaux.

Le violoniste Kyle Burghout et le pianiste Tyson Chen viendront assurer l’ambiance musicale de l’évènement.

Pour plus de détails, consultez la page Facebook de l’évènement.