Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Michel Careau s’est illustré en tant qu’athlète et diplomate, mais aussi en tant que membre de sa communauté.
Michel Careau s’est illustré en tant qu’athlète et diplomate, mais aussi en tant que membre de sa communauté.

L’ultramarathonien et diplomate gatinois Michel Careau s’éteint

Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L’ultramarathonien gatinois Michel Careau s’est éteint la semaine dernière à l’âge de 80 ans.

L’homme de fer a participé à 67 ultramarathons et des dizaines d’autres courses durant son illustre carrière sportive, au cours de laquelle il aura aussi fracassé plusieurs records canadiens de course à pied.

Surnommé le « Hullois bionique », l’un des points forts de la carrière de cet athlète d’élite est sans contredit sa victoire lors d’une épreuve le 7 novembre 1986 à Flushing Meadows, à New York, où il a parcouru 413 milles et 367 verges en six jours.

Outre ses capacités athlétiques, M. Careau s’est aussi démarqué sur la scène politique internationale alors qu’il était diplomate de profession.

Né à Québec, M. Careau débarque à Ottawa en 1967 pour amorcer sa carrière politique. Il a longtemps œuvré à titre directeur des affaires internationales à Santé et Bien-être social Canada avant de travailler comme diplomate dans plusieurs pays d’Amérique centrale, d’Europe et du nord-ouest de l’Afrique.

Alors qu’il se préparait pour une course en France en 1998, des médecins lui ont diagnostiqué une sténose aortique. Il a été opéré à l’Institut de cardiologie en avril de la même année.

L’an dernier, M. Careau a commencé à faire de la brigade scolaire sur le boulevard Alexandre-Taché, près de l’École Jean-de-Brébeuf. Cette activité lui permettait de demeurer actif et de sortir se dégourdir les jambes trois fois par jour.

« En temps de pandémie, c’était difficile pour lui de rester enfermé chez lui. Le fait d’être brigadier lui permettait de sortir un peu. Il prenait ça à cœur », explique un de ses fils, Daniel Careau.

Michel Careau était surnommé le « Hullois bionique ».

Après avoir terminé sa brigade matinale le jeudi 14 janvier dernier, Michel Careau est décédé d’un arrêt cardiaque dans son véhicule alors qu’il s’apprêtait à retourner chez lui.

Âme charitable

Pour la famille de M. Careau, ses plus grandes réalisations ne sont pas ses incroyables exploits sportifs, ni sa brillante carrière de diplomate, mais plutôt son implication auprès d’œuvres caritatives.

« Je me souviens d’une fois où il a fait une collecte de fonds pour la sclérose en plaques. Il a couru de Hull jusqu’à Montréal pour sensibiliser les gens à cette cause. Ce genre de courses venait beaucoup plus me chercher que lorsqu’il remportait une course de cinq jours à l’autre bout du monde », se remémore Daniel Careau.

L’ex-ultramarathonien a longtemps été impliqué au sein des conseils d’administration de plusieurs organismes de bienfaisance, dont Accueil parrainage Outaouais et La Relance.

« Il a toujours été très collé à la communauté et offrait son aide à ceux qui en avaient besoin. Il aimait beaucoup les gens autour de lui et c’était une personne très généreuse. »

« Le fait qu’il parlait le français, l’anglais, l’espagnol et le portugais faisait en sorte qu’il pouvait aider ceux qui ne parlaient pas couramment le français et l’anglais. Il aidait ces gens-là à s’intégrer dans la région. »

Même la pandémie de COVID-19 n’aura pas empêché Michel Careau d’avoir le cœur sur la main.

« Pendant les pires périodes de confinement, il a écrit une liste de tous les gens seuls à qui il pouvait penser et il les appelait individuellement chaque jour pour prendre de leurs nouvelles et pour briser l’ennui de ces gens-là. Ça donne une idée du genre de personne qu’il était. »

En 2007, M. Careau a été décoré de l’Ordre de Gatineau pour l’ensemble de sa carrière sportive et diplomatique. Une biographie, écrite par Jean-Claude Trottier et publiée par le Musée des sports de Gatineau, a été lancée en décembre 2018. L’ouvrage s’intitule Chroniques d’un ultramarathonien : Michel Careau et fait plus de 450 pages.