Le gouvernement ontarien se dit prêt à contenir l’éclosion du coronavirus sur son territoire.
Le gouvernement ontarien se dit prêt à contenir l’éclosion du coronavirus sur son territoire.

L’Ontario «prête à contenir l’éclosion» du coronavirus

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
TORONTO — Le gouvernement ontarien a tenu à rassurer la population, lundi, en affirmant qu’il est prêt à répondre à la menace du coronavirus.

L’Ontario est la province canadienne avec le plus grand nombre de cas du COVID-19. Au cours de la fin de semaine, trois nouveaux patients ont été ajoutés au bilan, le portant à 18 Ontariens ayant contracté le virus.

Pourtant, le médecin-hygiéniste en chef de l’Ontario, David Williams, ne tire pas la sonnette d’alarme pour l’instant. Selon lui, la stratégie de la province pour gérer une éventuelle pandémie du coronavirus est efficace.

« En voyant l’augmentation des cas dans les autres pays, je prévoyais entre 20 et 30 cas, donc les nombres sont rassurants, ça veut dire que le système fonctionne », a-t-il déclaré lors de sa mise à jour quotidienne, lundi.

La ministre de la Santé de l’Ontario, Christine Elliott, a annoncé la mise en place d’une nouvelle structure d’intervention. Dans ce système figureront des groupes de spécialistes, des « tables dotées de mandats précis », qui travaillent à établir des plans afin de répondre rapidement aux différents scénarios possibles.

Une table de commandement fera notamment partie de cette nouvelle structure. Elle sera le principal point de contrôle concernant la réponse de l’Ontario au COVID-19. Des tables scientifique, éthique, régionales et de collaboration seront entre autres mises sur pied.

« Nous sommes prêts pour toute éventualité, assure la ministre Elliott. Si les circonstances changent ou les nombres de cas augmentent, nous sommes prêts à faire face à cela. »

Trois Ontariens qui ont été infectés par le coronavirus en sont maintenant guéris. En province, entre 70 et 80 personnes sont testées chaque jour pour le virus. Le Dr Williams affirme qu’aucun cas ontarien ne provient de la Chine et que 90 % des personnes infectées se retrouvent à l’extérieur de la Chine.

Les nouvelles personnes touchées par le virus ont voyagé récemment en Iran et en Égypte, et d’autres sont des proches de ceux qui ont visité ces pays. En Iran, 1501 cas et une soixantaine de décès ont été confirmés.

L’Agence de la santé publique du Canada a demandé à ceux qui sont de retour d’un voyage en Iran de s’isoler volontairement pendant deux semaines.

Prévenir la propagation

Les responsables de la santé publique rappellent que le meilleur moyen de prévenir la propagation de tout virus, y compris le COVID-19, est de se laver fréquemment les mains — et de rester à la maison en cas de maladie.

La ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu, avait encouragé les Canadiens à stocker de la nourriture et des médicaments à la maison pour pouvoir vivre en isolement pendant deux semaines en cas d’infection. Mais son homologue ontarienne ne va pas jusque-là. Elle a exhorté lundi les Ontariens à vaquer à leurs occupations quotidiennes, tout en demeurant prudents. Elle rappelle que toute personne présentant des symptômes devrait contacter les responsables locaux de la santé publique.

Les symptômes les plus courants de la maladie au COVID-19 sont la fièvre et la toux sèche, mais certains patients ne présentent aucun symptôme ; d’autres ont développé une pneumonie sévère et certains en sont morts.

Avec La Presse canadienne