Des dizaines de personnes ont défilé mercredi devant le bureau de circonscription du ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.
Des dizaines de personnes ont défilé mercredi devant le bureau de circonscription du ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Logement social: le FRAPRU déploie des caravanes chez les ministres caquistes

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Le Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) a donné le coup d’envoi, mercredi matin, à Gatineau, à une série de 10 caravanes dont l’objectif est de parcourir le Québec et de visiter plus de 20 bureaux de ministres du gouvernement Legault en trois jours.

La campagne du FRAPRU vise à mettre de la pression sur le gouvernement caquiste afin que celui-ci injecte, dès le prochain budget, des montants substantiels pour résorber la pénurie de logements sociaux à l’échelle provinciale.

Le premier convoi, regroupant une cinquantaine de militants pour le droit au logement en provenance de Gatineau et Montréal, a amorcé son trajet dans le quartier Mont-Bleu, dans le secteur Hull, avant de se déplacer, en fin d’avant-midi, devant le bureau de circonscription du député de Papineau et ministre responsable de l’Outaouais et ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, situé sur l’avenue de Buckingham, à l’autre bout de la ville.

Pendant plusieurs dizaines de minutes, les manifestants ont bravé le froid en entonnant slogans et chansons afin de réclamer des actions concrètes du gouvernement Legault pour obtenir plus d’argent pour la création de logements sociaux.

Le FRAPRU souligne avoir choisi l’Outaouais comme point de départ pour cette campagne en raison de la sévérité de la crise du logement qui secoue la région depuis les dernières années. L’organisme soutient que le taux d’inoccupation des logements locatifs, qui est passé de 0,7% en 2018 à 1,8% en 2019, a peu augmenté dans la région dans les derniers mois, malgré un nombre considérable de mises en chantier. 

Le loyer moyen le plus cher est en Outaouais

Alors que le loyer moyen a augmenté de 10% dans la dernière année, c’est en Outaouais où le loyer moyen est le plus cher au Québec, ont rappelé les instigateurs de la manifestation. Selon les dernières données de Statistique Canada datant de 2016, 11 000 ménages locataires en Outaouais ont des «besoins impérieux de logement», affirme la porte-parole du FRAPRU, Véronique Laflamme. 

«Ce sont des gens qui paient trop cher et qui vivent dans un logement insalubre ou de taille insuffisante», précise-t-elle.

Les chiffres démontrent clairement que le besoin en logements sociaux est criant en Outaouais, a rappelé le coordonnateur de Logemen’Occupe, François Roy, lors de la manifestation.

«Il y a à peu près 1000 ménages qui sont attente d’un logement HLM à l’Office municipal d’habitation de l’Outaouais. Ça donne une indication des besoins, mais ça reste un chiffre conservateur parce que plusieurs ménages ne s’inscrivent pas en raison des délais d’attente qui sont trop longs», a déclaré M. Roy.

10 000 logements supplémentaires par année

Ce dernier note qu’il se construit en moyenne à Gatineau, depuis la dernière décennie, environ 100 nouvelles unités par an par l’entremise du programme AccèsLogis. «C’est vraiment insuffisant. Il faudrait que ce soit cinq fois plus que ça pour pouvoir faire du rattrapage, mais pour ça, il faudra que le gouvernement du Québec bonifie sérieusement le programme AccèsLogis et que la Ville de Gatineau injecte davantage d’argent», indique le coordonnateur de Logemen’Occupe.

Pour résorber la «plus sévère pénurie de logements en 15 ans», le FRAPRU estime que 10 000 logements sociaux par année doivent être construits au Québec, ce qui nécessiterait un investissement annuel d’environ 1 milliard de dollars.

«Alors qu’on a des surplus anticipés qui avoisinent les 5 milliards à l’heure actuelle, ne pas investir davantage dans le logement social, c’est faire preuve d’aveuglement. Ce serait le mauvais choix à faire dans le contexte. Ça prend un plan, ça prend des investissements suffisants dès le prochain budget et c’est le message qu’on va livrer en visitant plus de 20 ministres du gouvernement Legault ces prochains jours», a affirmé Mme Laflamme.

Cette première caravane a poursuivi son trajet vers le bureau du ministre de l’Environnement, Benoit Charrette, à Saint-Eustache, avant de terminer la journée avec un rassemblement devant le bureau de circonscription du ministre des Finances, Éric Girard, à Sainte-Thérèse. Les 10 caravanes déployées par le FRAPRU se rejoindront à Québec, devant l’Assemblée nationale, vendredi, dans le cadre d’une manifestation de clôture.