L'idée d'un «p'tit train» urbain à l'étude

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
À défaut de faire débloquer son plan A auprès de Québec, la Compagnie de chemin de fer de l'Outaouais (CCFO) envisage de relancer le train à vapeur de la Gatineau en créant un tracé urbain qui relierait l'ancienne gare Montcalm au lac Beauchamp.
La CCFO a annoncé vendredi qu'une étude effectuée par la firme Desjardins Marketing avait été réalisée afin d'évaluer le potentiel d'un «itinéraire urbain» qui permettrait de remettre le train sur les rails en attendant que le tronçon Gatineau-Wakefield soit retapé. Les résultats de ces travaux d'analyse tout comme le coût estimé du projet seront dévoilés au début juillet lors d'une rencontre spéciale avec les élus régionaux et les différents intervenants du dossier, a indiqué la présidente de la CCFO, Louise Boudrias.
«On s'entend que ça prendra encore quelques années avant que le plan A soit réalisé. Il y a des études et des travaux qui seront à faire. Nous avons récemment été mis en face d'une opportunité intéressante et on pense qu'il y a de la place pour un train urbain», a expliqué Mme Boudrias.
Le train à vapeur n'est plus en opération depuis qu'un important orage a causé un affaissement de terrain sur la voie ferrée, à Chelsea, le 24 juin 2011. LeDroit révélait en avril que les coûts associés à la stabilisation des sols exigés par Québec pourraient s'élever jusqu'à 50 millions de dollars.
Le nouveau projet de la CCFO, dont les éléments seront dévoilés d'ici quelques semaines, se grefferait au parcours Gatineau-Wakefield lorsque celui-ci serait remis sur pied. Mme Boudrias soutient que les possibilités d'attraction sont multiples et que ce parcours serait davantage axé sur une formule familiale.
«C'est complètement autre chose. On ne regardera pas le bord de la rivière, j'en suis consciente. Mais c'est tout le concept d'animation. On veut faire vivre une expérience aux gens. Est-ce que ça peut être attaché à des spectacles au parc Beauchamp? Est-ce que le train va en devenir un de destination et s'arrêter au Casino du Lac-Leamy? Il y a plein d'options.»
En attente du plan d'affaires
Pendant ce temps dans la Petite-Nation, le plan d'affaires commandé en décembre dernier par le CLD de Papineau, la municipalité de Montebello et le ministère des Finances se fait toujours attendre. La CCFO a d'ailleurs invité les responsables de présenter leur dossier à la rencontre prévue en juillet.
Louise Boudrias défend la CCFO de vouloir écarter du décor le trajet Masson-Angers-Montebello. «Ce projet ne nous appartient pas. Je ne peux pas mettre de l'avant quelque chose qui ne nous appartient pas. Si les gens de Montebello pensent qu'ils ont un projet attaché, ils n'ont qu'à le présenter. En date d'aujourd'hui, ça n'a pas été fait. Ça devait être fait à la mi-février et nous attendons encore.»
De son côté, la préfète de la MRC Papineau et présidente de la Conférence régionale des élus de l'Outaouais, Paulette Lalande, dit appuyer dans l'ordre le plan A et ensuite le projet de Montebello. Elle n'a pas précisé de date en vue du dépôt du plan d'affaires puisqu'il manque encore des données afin de compléter le document.
L'option du train urbain lui fait cependant grincer des dents. «C'est un projet urbain. Ça n'a rien à voir avec le projet initial qui en était un urbain et rural. C'est tout l'Outaouais qui a payé pour ça. Il faut respecter ce qui était entendu au départ», déplore-t-elle.