De gauche à droite, Manon Sauvé, Suzie David, Kamille Sauvé et Gilles Sauvé Jr.
De gauche à droite, Manon Sauvé, Suzie David, Kamille Sauvé et Gilles Sauvé Jr.

L'Halloween, une affaire de famille chez les Sauvé

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
La pandémie de COVID-19 n'aura pas su freiner la famille Sauvé dans leurs préparatifs pour la fête de l'Halloween cette année.

Depuis cinq ans, Gilles et ses proches s'efforcent à décorer leur propriété pour divertir les enfants et le voisinage en vue de la fête de l'horreur. M. Squelette et Mme. Araignée font notamment partie des personnages les plus populaires du 998 rue de la Nébuleuse, dans le secteur du Plateau.

«À tous les soirs, le petit gars qui habite en face de chez nous vient dire bonne nuit à M. Squelette, raconte Gilles Sauvé Jr avec le sourire aux lèvres. Il l'aime beaucoup!»

C'est d'ailleurs pour ce genre de moments que Gilles, sa femme Suzie, sa sœur Manon et sa fille Kamille ont décidé de ne pas renoncer à la tradition cette année, et ce, malgré l'incertitude qui entourait la fête de l'Halloween au cours des dernières semaines.

Depuis cinq ans, la famille Sauvé célèbre l'Halloween en grand sur la rue de la Nébuleuse, dans le Plateau.

«C'est une petite façon de redonner à la communauté. Quand les enfants passent dans la rue et qu'ils voient tout ça, leurs yeux s'émerveillent. C'est pour ça qu'on fait ça à la base, pour faire plaisir», souligne Gilles.

«On s'est beaucoup questionnés à savoir si on répétait la chose cette année et si on faisait le bon choix, confie pour sa part Suzie David, la femme de Gilles. Mais d'un autre côté, quand on a commencé à placer des décorations, les gens s'arrêtaient pour nous dire que c'était super et ils allaient chercher leurs enfants pour leur montrer. Pour nous, elle est là notre paye.»

Pandémie oblige, la famille Sauvé a tout de même dû revoir l'aménagement de ses décorations cette année. La traditionnelle maison hantée située dans le garage ne sera pas accessible cette année.


« C'est une petite façon de redonner à la communauté. Quand les enfants passent dans la rue et qu'ils voient tout ça, leurs yeux s'émerveillent. C'est pour ça qu'on fait ça à la base, pour faire plaisir. »
Gilles Sauvé Jr

«On a revu notre façon de faire et on a décidé d'impliquer nos voisins dans le processus. On s'entend bien avec le voisinage et tout le monde était ouvert à l'idée. On a installé des clowns chez l'un, des loups-garous chez un autre… Certains ont même contribué pour ajouter des décorations supplémentaires à ce qu'on leur avait prêté», souligne M. Sauvé.

«C'est le fun de cette façon parce que les gens peuvent admirer le tout, même à bord de leur voiture sans avoir même à débarquer, poursuit-il. C'est parfait pour le respect de la distanciation et ça met de la vie dans le quartier.»

Quant à la distribution de bonbons, la famille Sauvé n'a toujours pas statué à savoir si elle allait en distribuer ou non cette année. L'année dernière, environ 3000 personnes étaient venues faire la cueillette chez les Sauvé.

Des clowns à la thématique du film <em>It</em> ont été installés sur le terrain des voisins de la famille Sauvé.

«On n'a pas encore pris cette décision, souligne Gilles. On va attendre de voir comment la situation évolue d'ici le 31, on va voir ce qui se dit dans la communauté, dans les médias, question de prendre le pouls de la population et ensuite on prendra une décision.»

«Une chose est certaine par contre, si on décide de donner des bonbons, je vais organiser un système de distribution qui sera sans contact et tout sera désinfecté», assure-t-il.

Lorsque Le Droit avait rencontré M. Sauvé l'année dernière, ce dernier avait mentionné qu'il avait une «idée originale» pour l'Halloween 2020 et que «les plus jeunes allaient adorer». La crise sanitaire actuelle est toutefois venue chambouler le plan.

«On ne pouvait pas se permettre de le faire en raison de la pandémie, mais on espère fortement qu'on puisse le faire l'année prochaine», s'est contentée de dire Mme David, tout en gardant le mystère bien caché.