Malgré la pandémie de COVID-19, les Gatinois ont célébré l'Halloween dans toute sa splendeur samedi.
Malgré la pandémie de COVID-19, les Gatinois ont célébré l'Halloween dans toute sa splendeur samedi.

L'Halloween en temps de pandémie [PHOTOS]

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Jean-Simon Milette
Jean-Simon Milette
Le Droit
Les petits monstres et les superhéros ont pris d’assaut les rues de Gatineau, samedi, pour y célébrer une fête de l’Halloween hors du commun en raison des mesures sanitaires liées à la pandémie de COVID-19.

« Les gens sont très respectueux des consignes, c’est bien de voir ça », explique Amine, un résident du Plateau, à Gatineau. « Tout se passe bien, les gens font attention et sont conscients que ce n’est pas une année comme les autres. »

Pour certains, des festivités comme celles de samedi permettent, l’instant d’une soirée, un certain retour à la normale.

« Je comprends pourquoi les gens sont hésitants, mais à ce que je vois tout semble se faire dans le respect des consignes. La pandémie est difficile pour tout le monde, mais je pense qu’une soirée comme celle-là va faire du bien, autant aux enfants qu’aux parents », souligne cette mère gatinoise, accompagnée de ses deux jeunes enfants.

Malgré la pandémie de COVID-19, les Gatinois ont célébré la fête de l'Halloween dans toute sa splendeur, samedi.

Distribuer les bonbons autrement

L’un des plus importants défis pour les gens qui désiraient distribuer les friandises était de trouver une façon créative de distribuer les bonbons, tout en s’assurant de respecter les consignes de distanciation physique.

« Les gens ont été assez ingénieux pour trouver des façons créatives de donner les bonbons. On voit que les gens se sont donnés pour que les enfants puissent vivre cette soirée tout en restant en sécurité », affirme de son côté un résident de la rue de la Nébuleuse.

C’est le cas notamment de Patrick Pilon, un résident de la rue Aldé-Leroux, dans le secteur de Masson-Angers. Ce dernier a confectionné une glissière à bonbons en carton, qu’il a fixé à sa rampe d’escalier, afin de permettre aux enfants de son quartier de recevoir des sucreries, « en toute sécurité », tout en respectant la distanciation sociale. 

« J’ai fait ça hier [vendredi] avec les moyens du bord, dit-il. J’avais vu des glissières dans le genre circuler à plusieurs reprises sur les réseaux sociaux récemment et ça m’a inspiré. » 

« J’ai pris du carton que j’allais mettre au recyclage plus tard cette semaine et je les plier en triangle, pour que ça ressemble à une sorte de gouttière, détaille celui qui assure également les fonctions de directeur au Centre de placement spécialisé du Portage. Quand on fait glisser le sac de bonbons à l’intérieur de celle-ci, il finit par tomber dans une tombe, fabriquée à partir d’une boîte en carton d’Amazon. Ce sont tous des matériaux recyclables et c’était assez simple d’installation. » 

Pour M. Pilon, il était en effet impensable que la distribution et la récolte de bonbons n’aient pas lieu chez lui lorsque le gouvernement Legault a donné son feu vert à la communauté pour passer l’Halloween. 

« Pour moi c’était hors de question de manquer ça, lance-t-il. Je ne me suis pas posé la question à savoir si on allait pouvoir passer l’Halloween et donner des bonbons. Je me suis plutôt questionné à savoir comment on pouvait faire tout ça, mais de façon sécuritaire. »

« Chez un enfant, ça devient presque obligatoire de célébrer cette fête-là au même titre que Noël et j’en ai deux à la maison, ajoute-t-il. On sentait vraiment qu’il y avait une énergie chez eux et qu’ils voulaient vraiment passer l’Halloween. »

Sur la rive ontarienne

De l’autre côté de la rivière, rappelons que Santé publique Ottawa (SPO) a fortement recommandé aux citoyens de ne pas passer l’Halloween et d’éviter le porte-à-porte cette année. 

« En ce moment, la COVID-19 est très présente dans notre communauté », a justifié la médecin hygiéniste en chef de SPO, la Dre Vera Etches. 

SPO recommandait plutôt aux familles ottaviennes de célébrer l’Halloween « différemment », notamment en organisant une chasse au trésor suivant la thématique de l’épouvante, ou encore en tenant des soirées costumées virtuelles. Des concours de décorations d’Halloween au sein du voisinage faisaient aussi partie des alternatives proposées par les autorités sanitaires de la capitale.

Notons que les déplacements vers Gatineau afin de célébrer la fête de l’horreur ont également été déconseillés par SPO.

Dans l’Est ontarien, les consignes sont à peu près les mêmes. Le Bureau de la santé de l’Est de l’Ontario (BSEO) a fortement déconseillé la collecte de bonbons au porte-à-porte.

Le BSEO avait tout de même fait quelques recommandations pour ceux et celles qui ont voulu récolter des friandises comme à l’habitude. Le port du masque, la distanciation de deux mètres et le lavage régulier des mains font partie des recommandations faites par le BSEO.

Rappelons que la municipalité de Casselman avait quant à elle décidé de proscrire la collecte de bonbons en annulant les festivités de l’Halloween, au début du mois d’octobre.