Le chemin Paugan, à Denholm, a été coupé en deux lors des inondations du printemps dernier.

L’ex-mairesse de Denholm critique sa ville

Résidente du chemin Paugan - et ancienne mairesse de Denholm -, Colette Boisvert Canavan critique les autorités dans la gestion de cette artère névralgique, fermée d’urgence en raison des inondations majeures d’octobre dernier.

Le plan B mis en place, lors de la fermeture du chemin, a été d’ouvrir le  chemin Farrelton, dans l’ouest. La citoyenne, qui se dit prisonnière d’un chemin condamné, qualifie cette solution de dangereuse. Elle prévoit d’ailleurs questionner vigoureusement les membres du conseil municipal de Denholm, lundi prochain.

Colette Boisvert Canavan réside sur la partie ouest du chemin Paugan, qui relie Low et Denholm.

Cet automne, les averses de pluie ont provoqué l’affaissement de la route, et d’importants glissements de terrain dans les pentes adjacentes. Devenu impraticable, le chemin Paugan a été fermé définitivement, alors que le maire Gaétan Guindon estime que la municipalité n’a pas les moyens de tout réparer et d’entretenir à long terme.

Selon le maire, ce chemin municipal devrait être sous la responsabilité du provincial, car il est utilisé par l’ensemble des résidents des environs. Le chemin Paugan est aussi le seul qui relie directement les routes 307 et 105, au nord de Gatineau.

« Ce débat provincial-municipal nuit à la sécurité à court terme, dit la résidente, pour qui cette affaire est une ‘partie de pouvoir politique’. Il faut une solution tout de suite, parce qu’il va y avoir un accident, un jour, et on va regretter de ne pas avoir agi rapidement. »

Dans une lettre envoyée au Droit, Mme Boisvert Canavan affirme que le chemin Farrelton, dans l’ouest du chemin Paugan a beau avoir été ouvert, il demeure néanmoins dangereux pour ceux qui l’empruntent.