L'Est ontarien plus près d'Internet haute vitesse

Jean-François Dugas
Jean-François Dugas
Le Droit
Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) veulent toujours faciliter l'accès à un service internet haute vitesse pour tous leurs résidants, malgré l'opposition de la mairesse de Hawkesbury.
Selon Jeanne Charlebois, il revient aux pourvoyeurs de service Internet de rectifier la situation en étant proactifs.
« Je ne suis pas contre l'accès à Internet haute vitesse pour l'ensemble de Prescott-Russell. Toutefois, je remets en question la volonté des pourvoyeurs de service. Qu'ont-ils fait depuis cinq ans pour améliorer leurs équipements dans la région ? « a-t-elle demandé avant de voter contre une résolution confirmant la suite du processus.
 
Hier, un consultant embauché pour identifier les trous noirs dans l'Est ontarien a dressé un premier bilan de ses recherches. Selon John Anderson, un tiers du territoire est dépourvu d'un service large bande.
« La réalité, c'est que les régions rurales isolées et des agglomérations importantes d'arbres font en sorte que les signaux ne peuvent être captés «, a-t-il informé.
Néanmoins, 88 % du territoire peut être desservi par un service Internet à large bande à son avis. Pour l'heure, plusieurs résidants en milieu rural doivent se contenter d'une connexion par modem standard (dial-up) en dépit d'un service rapide adéquat dans les villages urbains.
Le repérage des services actuels, pour valider le portrait réel de la région, s'avérait la première étape pour l'obtention de fonds du gouvernement ontarien et de son nouveau programme Connexions rurales, visant à faciliter l'accès à Internet haute vitesse en milieu rural.
jfdugas@ledroit.com