Les Terrasses changeront de visage

Les murs de briques du complexe des Terrasses de la Chaudière, qui présentent un risque pour la sécurité des fonctionnaires et piétons, seront bientôt remplacés par un nouveau revêtement « plus léger » qui viendra « illuminer » l’ensemble et briser « l’effet de mur » dans le centre-ville du secteur Hull à Gatineau.

Steven MacKinnon, secrétaire parlementaire de la ministre des Services publics et de l’Approvisionnement et député de Gatineau, a confirmé l’octroi d’un contrat de 3,9 millions $ à la coentreprise Provencher Roy-NORR pour la conception et la gestion du nouveau revêtement extérieur du complexe. Le coût total du remplacement des murs extérieurs devrait s’élever à 175 millions $. 

« Ce projet contribuera à améliorer le milieu de travail de milliers de fonctionnaires et valorisera également les espaces publics à l’intérieur et à l’extérieur du complexe », a déclaré le député MacKinnon, en présence de ses collègues du caucus libéral de l’Outaouais, du maire de Gatineau Maxime Pedneaud-Jobin et des représentants de la coentreprise Provencher Roy-NORR, de même que plusieurs candidats à l’élection municipale du 5 novembre.

Le consortium Provencher Roy-NORR collaborera avec la société d’expert-conseil Dillon responsable du plan directeur général du site qui comprend le complexe et la zone environnante du complexe, a expliqué le député MacKinnon. Plus de 6000 personnes travaillent dans ce complexe à bureaux, le plus important du parc immobilier du gouvernement fédéral au pays.

Un revêtement « plus léger »

La brique de couleur sombre devrait être remplacée par un revêtement « plus léger » qui permettra « d’illuminer » davantage le complexe, espère l’architecte Claude Provencher. Il soutient que le projet permettra aussi d’intégrer d’éléments pour la conservation de l’énergie, incluant des toits verts et autres. 

En janvier dernier, la Commission de la capitale nationale avait approuvé le concept du nouveau revêtement. Pour en savoir plus, il faudra toutefois attendre l’approbation finale des plans par la Commission de la capitale nationale à l’été 2018. Les travaux devraient débuter au printemps 2019, pour se terminer en 2023. Pendant la durée des travaux, les employés des ministres, organismes et entreprises pourront continuer à y travailler.

« Une occasion extraordinaire », selon le maire

Le maire Pedneaud-Jobin a insisté sur l’importance pour tous les partenaires de collaborer pour la réussite de ce projet afin de briser « l’effet de mur » entre la communauté et la rivière des Outaouais.

« Il s’agit d’une occasion extraordinaire qui se présente puisque ce projet de modernisation coïncide avec plusieurs autres dans ce secteur du centre-ville, dont le projet Zibi de 1,5 milliard $ (...) Il faut refaire les accès aux différents sites et tout le secteur en profitera. Ces changements permettront une plus grande fluidité et transparence entre la communauté et la rivière », a souligné le maire. En parlant du nouveau revêtement qui remplacera la brique, il a dit qu’il fallait « s’assurer qu’il s’agence avec le milieu ».

« Dans les années 60-70, quand on a construit les édifices fédéraux sur la promenade du Portage, on a créé un mur avec la communauté. Avec ce projet, on a une belle occasion de laisser respirer un peu ce secteur », a souligné pour sa part le député de Hull-Aylmer, Greg Fergus.