L’heure du déménagement a finalement sonné pour les Servantes de Jésus-Marie.
L’heure du déménagement a finalement sonné pour les Servantes de Jésus-Marie.

Les Servantes de Jésus-Marie déménagent

Julien Paquette
Julien Paquette
Le Droit
L’heure du déménagement a finalement sonné pour les Servantes de Jésus-Marie. Après des mois d’attente, elles quittent leur maison depuis près de 120 ans pour leurs nouveaux locaux tout neufs du boulevard Mont-Bleu.

Les sœurs cloîtrées se préparaient depuis longtemps à ce moment, mais elles ont quand même «eu un pincement au cœur lorsqu’elles ont commencé à quitter», dit l’économe de l’Archidiocèse de Gatineau, René Laprise, qui parlait en leur nom lundi puisque les sœurs étaient plutôt occupées à s’installer dans leur nouvelle maison.

À LIRE AUSSI : Couvent des Servantes de Jésus-Marie: à la CCN de jouer

Dernier adieu au monastère pour les Servantes de Jésus-Marie... mais quand ?

Le choix d’une vie «en confinement»

Dernière messe de Noël après 115 ans sur la rue Laurier

Une belle surprise attendait toutefois les Servantes de Jésus-Marie lundi matin sur le boulevard Mont-Bleu alors que leur aumônier et des membres d’autres communautés religieuses étaient présents pour les accueillir.

«Il y avait des affiches qui disaient des choses comme: “On est avec vous” et “Bienvenue”, raconte M. Laprise. C’était beau de voir les sourires des religieuses qui débarquaient de l’autobus médical.»

L’heure du déménagement a finalement sonné pour les Servantes de Jésus-Marie.

La messe de départ afin de faire les derniers adieux à leur maison depuis 1902 n’a pu avoir lieu en raison de la COVID-19, les lieux de culte étant toujours confinés au Québec. Une messe d’inauguration de leur nouvelle chapelle aura lieu dès que possible en présence de l’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher.

Les Servantes de Jésus-Marie s’installent dans une annexe du Centre diocésain de l’archidiocèse qui était en construction depuis avril 2019.

Leur résidence de la rue Laurier a été vendue à la Commission de la capitale nationale (CCN) en 2017 pour plus de 7 millions $. L’édifice était devenu trop grand pour les besoins des sœurs cloîtrées.