Michel-Antoine Renaud participait à l'activité de sculpture de glace pour une sixième année.

Les sculptures de glace à l'honneur

Bal de neige s'est poursuivi ce week-end et l'accent a été mis sur les sculptures de glace, samedi et dimanche.
Le championnat de sculpture de glace où les meilleurs tailleurs se sont affrontés et ont démontré leur savoir-faire a eu lieu au parc de la Confédération. Le lendemain, Patrimoine canadien offrait l'opportunité à des sculpteurs amateurs de démontrer à leur tour ce qu'ils sont capables de faire.
Michel-Antoine Renaud était parmi les participants de cette activité pour une sixième année. Il vient réaliser sa sculpture de glace annuelle, dit-il. «Ce n'est pas facile d'avoir accès à un bloc de glace! C'est une des rares opportunités où on peut le faire.»
Artiste-peintre, le Gatinois aime ce médium qu'il estime facile à manier. Plus facile à tailler que le bois, la pierre, ou encore l'argile. Selon lui, il s'agit également d'une activité accessible. «Sculpter la glace, ça prend troisheures pour faire quelque chose d'intéressant. Tout le monde peut le faire.»
Puisqu'il commence à avoir de l'expérience en la matière, Michel-Antoine affirme s'être lancé un défi cette année. Son oeuvre ne sera pas nécessairement supportée par une base stable. Il a sculpté un éléphant en équilibre sur une boule, comme on verrait dans un cirque.
Spécialisé dans la peinture abstraite, il a tenté de recréer le style dans sa première sculpture de glace. Il a toutefois rapidement abandonné l'idée et se concentre sur les oeuvres plus réalistes comme des animaux ou des personnes.
«Je me suis rendu compte que ce n'est pas très intéressant pour les gens. Un cube de glace abstrait, ça n'a l'air de rien!»
Le Gatinois s'appliquait à tailler les plus fins détails de son éléphant hier. Malgré tous les efforts, il n'aura qu'une photo en souvenir. Michel-Antoine Renaud dit toutefois que c'est pour l'expérience qu'il s'adonne à cette activité chaque année. «Quand tu vas au restaurant, tu ne peux pas nécessairement tout ramener chez toi, ça reste agréable. C'est la même chose.»