Le député péquiste Mathieu Traversy a remis en cause les prétentions du premier ministre Philippe Couillard selon lesquelles il dirigerait le gouvernement le plus transparent.

Les retards s’accumulent à la Commission d’accès à l’information

QUÉBEC— Les retards s’accumulent à la Commission d’accès à l’information: le temps de traitement augmente dans presque toutes les catégories de dossiers.

Selon les données obtenues par l’opposition officielle et transmises à La Presse canadienne mardi, les délais ont augmenté de pas moins de trois mois dans certains cas, entre 2016-2017 et 2017-2018.

Ainsi, le délai moyen de traitement des dossiers juridictionnels clos par décision dans lesquels il n’y a pas eu de remise est passé de 503 à 597 jours.

De même, le délai moyen pour les dossiers de médiation a augmenté de 355 à 406 jours.

En contrepartie toutefois, le délai moyen de traitement des dossiers juridictionnels clos par décision dans lesquels il y a eu remise a diminué, de 906 à 874 jours.

L’opposition officielle a déploré l’extension des délais et y voit un «échec total» dans le bilan libéral en matière de transparence.

Le député péquiste Mathieu Traversy a remis en cause les prétentions du premier ministre Philippe Couillard selon lesquelles il dirigerait le gouvernement le plus transparent.

« On se rend compte que ce n’était que du vent. Dans le dossier des demandes d’accès à l’information, par exemple, rien n’a été fait pour améliorer les délais de traitement. Nous avons prévenu, l’an passé, l’ancienne ministre responsable de l’Accès à l’information, nous avons montré du doigt le manque de ressources, tant humaines que financières, mais aucune mesure n’a été prise pour améliorer le bilan libéral en matière de transparence. »