Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les corps policiers de partout au Québec ont distribué samedi soir des constats d’infraction.
Les corps policiers de partout au Québec ont distribué samedi soir des constats d’infraction.

Les policiers remettent plus de 200 constats d’infraction à des manifestants défiant le couvre-feu

Michel Saba
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Les corps policiers de partout au Québec ont distribué samedi soir plus de 200 constats d’infraction à des manifestants opposés aux mesures sanitaires qui ont défié le couvre-feu.

D’un bout à l’autre de la province, ils sont intervenus dans les minutes qui ont suivi l’entrée en vigueur de la mesure qui vise à freiner la transmission communautaire du virus.

La Sûreté du Québec a indiqué dimanche qu’elle avait remis plus de 150 constats d’infractions pour non-respect du couvre-feu sur son territoire. Elle dit être intervenue à une vingtaine d’endroits ciblés dans différentes municipalités.

«Une présence accrue sera maintenue au cours des prochains jours afin de faire respecter les nouvelles règles. Des effectifs supplémentaires seront maintenus sur les quarts de travail ciblés par le couvre-feu», a fait savoir la SQ par communiqué.

Le premier ministre François Legault a tenu à» saluer le travail exemplaire des policiers à la grandeur du Québec». Il a aussi remercié la population pour sa collaboration.

Selon la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, «les Québécois ont respecté le couvre-feu, samedi soir, pour casser la deuxième vague.»

Les corps policiers de partout au Québec ont distribué samedi soir des constats d’infraction.

Malgré cela, plusieurs personnes ont défié les directives des autorités.

Le Service de police de Montréal a fait état dimanche de 84 constats remis pour le non-respect du couvre-feu, selon un bilan provisoire. Dix-sept d’entre eux ont été remis à des manifestants rassemblés près du métro Mont-Royal, avait indiqué samedi l’agente Caroline Chèvrefils du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

À Québec, une vingtaine de manifestants présents devant le Musée de la civilisation, dans le Vieux-Port, vers 20h20, ont reçu des constats. Certains d’entre eux qui refusaient d’être identifiés ont été détenus, a indiqué l’agent Étienne Doyon.

À Sherbrooke, une douzaine de personnes qui participaient à une manifestation contre les mesures sanitaires ont reçu des constats d’infraction, a confirmé le service de police.

La direction de la police de Trois-Rivières a indiqué dimanche que 11 constats avaient été remis. Elle a ajouté que les agents s’étaient rendus avant le début du couvre-feu dans un parc afin de convaincre un groupe de manifestants de rentrer chez eux. Ces personnes ont obéi et aucun constat ne leur a été donné.

À Longueuil, sur la Rive-Sud de Montréal, aucun constat n’a été émis bien qu’une manifestation était annoncée sur Facebook et que de nombreuses personnes promettaient d’y être.

«On est arrivé là et il n’y avait personne, a raconté le capitaine Jean-Christophe Fortin du Service de police de l’agglomération de Longueuil. L’effet du constat a dissuadé bien des gens.»

Toujours en Montérégie, plusieurs auto-patrouilles du Service de police de Châteauguay (SPC) circulaient dans les rues pour s’assurer du respect du couvre-feu dans les villes de Châteauguay, Beauharnois, Léry et Saint-Isidore. À minuit, les policiers étaient intervenus auprès de 143 véhicules et de 161 citoyens. Ils ont remis six constats d’infractions.

Malgré un bon volume de circulation de véhicules sur les artères principales de ce territoire de 68 000 habitants, «la plupart des véhicules interceptés et des citoyens interpellés avaient une raison valable qui est présente dans la liste des exceptions», a précisé l’agente Jenny Lavigne, porte-parole du SPC.

De manière générale, les rues étaient calmes partout au Québec. Les images des caméras de Transports Québec montrant des autoroutes quasi désertes par rapport à la normale étaient saisissantes.

Les contrevenants s’exposent à des amendes de 1000 $ à 6000 $ s’ils ne sont pas en mesure de justifier adéquatement la raison de leur sortie. Les jeunes de 14 ans et plus sont passibles de recevoir une amende de 500 $.