Alexandra, déguisée en zombie pour l'Halloween.
Alexandra, déguisée en zombie pour l'Halloween.

Les petits monstres font fi de la météo

Daniel Leblanc
Daniel Leblanc
Le Droit
La question est légitime : Dame nature aurait-elle jeté un vilain sort à la fête de l'Halloween ? Après les vestiges de l'ouragan Sandy qui menaçaient la région l'an dernier, voilà que la pluie et le vent sont venus hanter les célébrations hier. Mais hormis des rues un peu moins achalandées, la météo n'a pas ralenti les ardeurs des petits monstres en quête de friandises.
La tournée des chaumières, qui s'est déroulée sans incidents fâcheux, a permis aux diables, princesses, sorcières, dragons et momies des deux côtés de la rive de faire le plein de croustilles, sucettes et gommes à mâcher.
Déguisée en petit chaperon rouge, version mortelle, Anne-Sophie, 12 ans, tenait mordicus à déambuler dans les rues du quartier du Dôme, dans le secteur Hull.
« On ne se tanne pas. J'adore les bonbons, je ferais n'importe quoi pour en avoir. Même les orages ne nous auraient pas arrêtés. J'espère surtout que j'aurai des Kit Kat dans mon sac », de dire la jeune ado, fièrement accompagnée de ses amies Isabela, Sophie et Casandra.
Une résidente de la rue de la Coupole depuis 1991 se fait un devoir de distribuer des bonbons même si son fils a quitté la maisonnée depuis belle lurette.
« C'est plaisant de voir les tout-petits costumés. Je devais travailler ce soir mais j'ai pris congé uniquement pour ça », a lancé Ginette lorsque LeDroit a cogné à sa porte.
Revêtissant un flamboyant costume de vache, Pascal Charron apprécie toujours la soirée du 31 octobre.
« On le fait pour les enfants. Le quartier ici est super, il y a de nombreuses maisons bien décorées et je crois que des résidents d'ailleurs dans la ville viennent ici pour passer avec les enfants. Notre tournée va durer au moins une heure et demie, sinon deux heures », a-t-il commenté, sous les regards ébahis de Thomas, 8 ans, et Chloé, 6 ans, qui a précisé qu'elle dévorait tous ses bonbons en à peine quatre heures. Évidemment, son papa a tenu à rectifier le tir sur cette déclaration, même si la vérité sort toujours de la bouche des enfants, dit le proverbe...
« C'est aussi plaisant que Noël, ça me rappelle mon enfance. Peu importe la météo, même avec de la neige, on sortait », a renchéri Johanne Veilleux, une maman déguisée en chat.
Dans un autre quartier situé à deux pas de l'école du Vallon, Malïka, 8 ans, et Audrey, 9 ans, faisaient la tournée des maisons en compagnie de leurs pères.
« J'ai remarqué que moins de gens participent à la fête, c'est peut-être en raison du vieillissement de la population. C'est bizarre et dommage. [...] Et je ne trouve pas que la fête est devenue trop commerciale. Les enfants adorent l'Halloween, ça n'arrive qu'une seule fois par an », a souligné Joe Doré.
À deux coins de rue, un groupe d'ados des polyvalentes de l'Érablière et Le Carrefour étaient prêts à se faire lancer des défis pour espérer avoir des bonbons dans leurs sacs. Ils ont par exemple entonné la chanson Rehab, de la regrettée Amy Winehouse.
Costumé en Mexicain avec son sombrero, Réjean Guindon distribuait les friandises dans le garage de sa maison de la rue Jobin, qui était décorée de fond en comble.
« On fait ça depuis 30 ans. Comme parents et grands-parents, ça nous a toujours fait plaisir car on est constamment entouré d'enfants. C'est ma fête préférée, la plus grosse », a-t-il dit, son épouse Rachelle avouant dépenser 300 $ par an uniquement en bonbons.