Fern Cléroux a remporté plusieurs titres et produit certains des plus grands champions de karaté au pays à titre d’entraîneur-chef d’Équipe Canada.

Les personnalités de la région d’Ottawa-Gatineau qui nous ont quittés en 2017

Bilan des grandes personnalités de la d’Ottawa-Gatineau qui nous ont quittés cette année.

14 février : Fern Cléroux

Le monde du karaté en Outaouais a perdu l’une de ses têtes d’affiche en février avec le décès de Fern Cléroux à l’âge de 78 ans. Né à Ottawa, M. Cléroux, surnommé The Bear et Coach, a ouvert sa toute première école de karaté dans le Vieux-Hull. Grand Gatinois et, bien sûr, ceinture noire, The Bear a remporté plusieurs titres et produit certains des plus grands champions de karaté au pays à titre d’entraîneur-chef d’Équipe Canada. Le « Cléroux Power Team » a remporté de nombreux honneurs sur la planète. Fern fut intronisé au Temple de la renommée du karaté canadien en 2008.

28 février : Claire Guérette

Artiste multidisciplinaire spécialisée dans les arts textiles, Claire Guérette nous a quittés en février des suites d’un cancer. Hulloise d’origine, Mme Guérette a régulièrement exposé ses œuvres à Gatineau, Aylmer et Saint-Andrée-Avellin, où elle avait installé son atelier de travail. Mme Guérette a participé à chacune des éditions de la Triennale internationale des arts textiles, un événement d’envergure internationale organisé en Outaouais. Claire Guérette a remporté de nombreuses distinctions, dont le prix spécial sculpture du Concours annuel de la Maison des arts Saint-Faustin en 2001 et le prix Symposium Art Nature Pierre qui roule en 2007.

Adrien Cantin a connu une carrière de plus de 40 ans dans les médias, presque exclusivement en Ontario français.

22 mars : Adrien Cantin

Le géant du journalisme franco-ontarien Adrien Cantin est mort en mars à l’âge de 68 ans. M. Cantin a connu une carrière de plus de 40 ans dans les médias, presque exclusivement en Ontario français. Il a commencé sa carrière au Droit en 1980 où il a été journaliste, éditorialiste, chroniqueur et chef des nouvelles. Il a aussi œuvré à Radio-Canada à Toronto, et à TFO où il a été à la barre de l’émission Panorama. Adrien Cantin était un journaliste engagé qui accordait une attention particulière aux droits des francophones en Ontario. Il a aussi signé les biographies de l’ex-député provincial d’Ottawa-Vanier, Bernard Grandmaître, celle de Rhéal Leroux, qui a longtemps dirigé le Festival franco-ontarien. M. Cantin a été décoré de la médaille de Chevalier de l’Ordre de la Pléiade en 2005. Il a aussi enseigné au département de journalisme à La Cité.

20 mai : Roger Tassé

Considéré comme l’architecte de la Charte canadienne des droits et libertés, Roger Tassé est mort en mai à Gatineau à 85 ans. Montréalais d’origine, M. Tassé est devenu sous-ministre de la Justice dans le gouvernement de Pierre Elliott Trudeau en 1982. Acteur de premier plan lors du rapatriement de la Constitution canadienne, il a dirigé, à partir de 1980, une équipe de juristes du ministère dont la tâche consistait à aider les dirigeants politiques à s’entendre sur le texte de la Charte canadienne des droits et libertés. En 1992, l’Université du Québec à Hull lui a décerné un doctorat honorifique. Roger Tassé a aussi été sous-solliciteur général de 1972 à 1977, et sous-procureur général du Canada de 1977 à 1985. Il fut aussi conseiller constitutionnel et négociateur pour le gouvernement fédéral lors des négociations de l’accord du Lac Meech (1987-1990) et de l’accord de Charlottetown (1982).

12 juin : Robert Campeau

L’ancien magnat de l’immobilier Robert Campeau est décédé chez lui à Ottawa, en juin, à l’âge de 93 ans. M. Campeau a dirigé Campeau Corporation, une entreprise qui aura construit plus de 25 000 maisons, des édifices à logements, des gratte-ciels et des centres d’achat un peu partout en Amérique du Nord, mais surtout dans la grande région d’Ottawa. On lui doit les tours de bureaux Place de Ville, au centre-ville d’Ottawa, ainsi que les Terrasses de la Chaudière, à Gatineau. À Toronto, Campeau Corporation a bâti l’une des plus grandes tours du quartier financier de la ville, la Scotia Plaza. Campeau Corporation a déclaré faillite en 1990 à la suite de dettes accumulées liées à une transaction immobilière. Au cours des dernières années, M. Campeau a été impliqué dans l’administration de ses fondations caritatives.

22 juin : Hervé Filion

Légende du sport hippique, Hervé Filion s’est éteint en juin à l’âge de 77 ans à Mineola, dans l’État de New York. Originaire de Masson-Angers, M. Filion fut l’un des plus grands champions de l’histoire de la course de chevaux sous harnais. Il est notamment devenu le premier conducteur de l’histoire à visiter le cercle des vainqueurs à 15 000 reprises. Il a remporté le trophée Lou-Marsh à titre d’athlète par excellence au Canada en 1971, et fut intronisé au Temple de la renommée de la course de chevaux, tant au Canada qu’aux États-Unis. Sa carrière a pris fin d’une brillante façon en 2012 alors que, de retour dans sa région natale, il a remporté pas moins de trois courses durant sa soirée d’adieu à l’hippodrome Rideau-Carleton.

9 juillet : Réjean Robidoux

Pionnier de la recherche en littérature québécoise, Réjean Robidoux, professeur à la retraite au département de français de l’Université d’Ottawa, est décédé en juillet à 89 ans. M. Robidoux avait un curriculum vitae bien garni. Il était notamment membre de la Société royale du Canada et cofondateur du Centre de recherche en civilisation canadienne-française de l’Université d’Ottawa. Dès le début de sa carrière académique, le natif de Sorel s’intéresse à la littérature québécoise et devient l’un des premiers à y concentrer ses recherches pour ensuite enseigner cette expertise à ses étudiants pendant plus de 30 ans.

9 août : Jerry Campbell

Jerry Campbell était le cœur de la redoutable défensive des Rough Riders d’Ottawa qui avait été surnommée la « Capital Punishment », entre 1969 et 1975, sept années marquées par trois conquêtes de la coupe Grey. M. Campbell, ancien secondeur et capitaine des Riders, a succombé à un arrêt cardiaque en août. Il avait 73 ans. Originaire de Binghamton, l’ancien numéro 54 des Rough Riders a été nommé au sein de l’équipe d’étoiles de la LCF pendant sept saisons consécutives. M. Campbell a aussi porté les couleurs des Stampeders de Calgary.

L’ancien entraîneur-chef et directeur général des Sénateurs d’Ottawa a mené l’équipe jusqu’en finale de la coupe Stanley en 2006.

12 août : Bryan Murray

La fierté de Shawville, l’homme de hockey Bryan Murray s’est éteint en août à 74 ans après une longue lutte contre le cancer. L’ancien entraîneur-chef et directeur général des Sénateurs d’Ottawa a mené l’équipe jusqu’en finale de la coupe Stanley en 2006. Les Ducks d’Anaheim ont toutefois remporté les honneurs cette année-là. L’année précédente, il avait dirigé les Sénateurs vers une saison de 113 points, égalant un record d’équipe, et à un titre de la section Nord-Est. Bryan Murray a été nommé directeur général des Sénateurs en 2007 jusqu’à ce qu’il cède sa place à Pierre Dorion à la conclusion de la saison 2015-2016. M. Murray a remporté en 1984 le trophée Jack Adams qui est remis à l’entraîneur-chef de l’année dans la LNH. Il était avec les Capitals de Washington à l’époque. Bryan Murray fut nommé directeur général de l’année en 1996 alors qu’il était avec les Panthers de la Floride.

9 septembre : Thibault Martin

Un grand vide s’est créé dans la communauté intellectuelle québécoise avec le décès à Gatineau en septembre du professeur Thibault Martin de l’Université du Québec en Outaouais. M. Martin fut l’un des premiers sociologues québécois à s’intéresser aux questions autochtones. Le professeur a aussi été titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la gouvernance autochtone du territoire. M. Martin a été crédité pour sa contribution au virage important que la recherche universitaire sur les questions autochtones est en train de négocier, afin que les membres des Premières Nations deviennent des partenaires plutôt que des objets de recherche. L’enseignant s’était fait arrêter pour entrave au travail des policiers, au plus fort du Printemps érable. Un tribunal d’arbitrage avait finalement blâmé l’UQO dans cette affaire.

28 septembre : Pierre de Blois

Pilier de la francophonie ontarienne, Pierre de Blois est décédé en septembre. Il avait 68 ans. Cofondateur du Festival franco-ontarien, M. de Blois a œuvré pendant plus d’une décennie au Commissariat aux langues officielles. Il a aussi été directeur général de l’Association professionnelle des cadres supérieurs de la fonction publique du Canada et président de l’Association des communautés francophones d’Ottawa. M. de Blois était bien connu dans la région comme organisateur politique. Il a reçu plusieurs distinctions au fil de sa carrière, dont l’Ordre d’Ottawa en 2013 et le Prix Bernard-Grandmaître en 2008.

11 octobre : Paulette Gagnon

Le décès de Paulette Gagnon en octobre à l’âge de 62 ans a laissé un grand vide dans le milieu du théâtre franco-ontarien et dans la communauté culturelle œuvrant en milieu minoritaire. Mme Gagnon a notamment été directrice générale de La Nouvelle Scène de 1997 à 2001. C’est durant son mandat que l’édifice de l’avenue King Edward à Ottawa a vu le jour. Elle a aussi occupé d’importantes fonctions administratives au sein d’organismes culturels, dont Direction Jeunesse, Théâtre Action, le Conseil des arts de l’Ontario, le Théâtre français du Centre national des arts, la Fédération culturelle canadienne-française et l’Association des théâtres francophones du Canada. Lors de son passage au Conseil des arts de l’Ontario, Mme Gagnon s’est notamment chargée de mettre à jour tous les programmes de subventions franco-ontariens.

19 octobre : Jacques Flamand

Éditeur, poète et bâtisseur du milieu littéraire de la région, Jacques Flamand nous a quittés en octobre à l’âge de 82 ans. M. Flamand était un pilier du milieu culturel franco-ontarien. Il fut notamment président fondateur de l’Association des auteures et auteurs de l’Ontario français, fondateur et directeur artistique des Éditions du Vermillon et artisan de la mise sur pied de l’Association des auteurs et auteures de l’Outaouais. L’homme de mots a été honoré en recevant le tout premier prix Flamand en hommage à sa carrière lors du Gala de reconnaissance des auteurs de l’Outaouais, en 2013. Il a aussi remporté un prix Trillium en 2000 pour son recueil Lithochronos ou le Premier vol de la pierre écrit avec Andrée Christensen. Il a en outre reçu le Prix du Consulat général de France pour sa contribution au rayonnement de la littérature francophone en Ontario.

6 novembre : Mgr Jacques Landriault

Natif d’Alfred dans l’Est ontarien, Monseigneur Jacques Landriault, évêque du diocèse de Timmins de 1971 à 1990, est décédé en novembre. Il était le fils cadet d’une famille de 11 enfants. Jacques Landriault a été ordonné prêtre en 1947, et nommé vicaire à la paroisse Notre-Dame-de-la-Protection à Noranda puis ensuite à la paroisse de Malartic. Mgr Landriault fut évêque du diocèse de Hearst pendant sept ans avant d’entreprendre ses nouvelles responsabilités à Timmins. Jacques Landriault a notamment fait ses études à l’Université d’Ottawa et au Séminaire universitaire Saint-Paul, à Ottawa.