La CPO a uni sa voix à celles de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec, de la Coopérative des ambulanciers de la Mauricie et de la Coopérative de travailleurs d’ambulance de l’Estrie pour «soutenir les travailleurs liés au Groupe Capitales Médias».

Les paramédics appuient les travailleurs du journal Le Droit

La Coopérative des paramédics de l’Outaouais (CPO) offre son appui aux travailleurs du Droit pour la mise sur pied d’une coopérative afin de sauver le quotidien.

La CPO a uni sa voix à celles de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec, de la Coopérative des ambulanciers de la Mauricie et de la Coopérative de travailleurs d’ambulance de l’Estrie pour «soutenir les travailleurs liés au Groupe Capitales Médias». 

«Nos coopératives veulent dire, haut et fort, qu’elles tiennent à la diversité de la presse, que celle-ci participe à la santé démocratique de nos régions, de nos sociétés, précisent les quatre coopératives dans un communiqué. Nous nous sentons particulièrement interpellées parce que nos coopératives sont présentes sur les mêmes territoires que presque tous les journaux concernés par cette sortie de crise. Aussi, il faut que nos médias régionaux puissent non pas seulement survivre, mais atteindre la rentabilité afin que le futur ne soit plus synonyme d’incertitude, mais plutôt de confiance et d’épanouissement.» 

Il est également souligné que le modèle de coopérative de travailleurs envisagé pour les journaux du Groupe Capitales Médias «assure à la fois la vigueur économique nécessaire et le respect de valeurs fondamentales telles que la démocratie, la solidarité, l’égalité, l’équité et la responsabilité personnelle et mutuelle».