La coprésidente de la Commission jeunesse de Gatineau, Sandrine Foccroule-Ménard, a participé à l’activité « C’est parti, je vote ! », à l’instar de plusieurs de ses collègues étudiants à l’école secondaire de l’Île, à Gatineau.

Les jeunes Gatinois aux urnes

La cloche de l’heure du dîner venait à peine de sonner à l’école secondaire de l’Île que déjà, une petite file se formait dans l’agora pour la simulation de vote à la mairie organisée par la Commission jeunesse de Gatineau (CJG). Dans le temps de le dire, ils étaient des dizaines en ligne, prêts à se pratiquer pour le jour où ils seront officiellement convoqués aux urnes.

Dans douze écoles secondaires de Gatineau, quelque 16 000 jeunes étaient invités, jeudi, à participer à l’activité baptisée C’est parti, je vote ! par la CJG.

La coprésidente de la CJG, Sandrine Foccroule-Ménard, estime que cette journée aura permis « aux jeunes d’avoir vraiment une première expérience de démocratie », en espérant que « ça va les encourager à aller voter plus tard », lorsqu’ils seront majeurs.

Sans vouloir s’avancer sur le taux de participation anticipé pour cette simulation, la coprésidente de la CJG affirme que bien des élèves de l’école secondaire de l’Île étaient impatients d’aller voter. « J’entendais beaucoup de personnes en parler dans les corridors [jeudi] matin », a mentionné l’élève de cinquième secondaire.

Le directeur de l’école, Michel Letang, était impressionné par la quantité d’adolescents qui faisaient la file devant les bureaux de vote, au point où il pense que le taux de participation risque d’être supérieur à celui de la vraie élection.

« Je trouve ça le fun, parce que ça prouve que les jeunes s’intéressent un peu à la démocratie, a-t-il dit. Ce qui est intéressant aussi, c’est qu’ils étaient obligés d’aller faire leurs propres recherches pour voir les idées des candidats. »

Étienne, un élève de cinquième secondaire, se disait lui aussi préoccupé par le faible taux de participation aux élections. « Comment veux-tu bien représenter ta ville quand une personne qui va voter, ça représente quasiment deux personnes ? Moi je trouve ça vraiment difficile à accepter comme citoyen », a mentionné le jeune homme, quelques instants après son passage dans l’isoloir.

Si plusieurs Gatinois se préoccupent de leur compte de taxes ou de l’entretien des infrastructures, les adolescents rencontrés jeudi midi s’intéressaient davantage à ce qui les touche directement, comme le transport en commun, les parcs et les arénas.

Certains ont confié que le choix était difficile, car plus d’un candidat proposait des choses qui les attiraient. Plusieurs ont donc discuté des différents enjeux avec leurs parents ou leurs enseignants avant de se présenter aux urnes pour la simulation.

Le résultat du vote des jeunes de Gatineau sera dévoilé par Radio-Canada, dimanche soir à 20 h, soit lors de la fermeture des bureaux de vote de l’élection municipale.