Les inondations en bref

Les événements du jour, en quelques mots.
Ottawa s'en tire beaucoup mieux
Dans une très moindre mesure que sa voisine Gatineau, la Ville d'Ottawa est également aux prises avec des inondations printanières. La situation, étroitement suivie, n'est toutefois pas alarmante. 
Le portrait est stable depuis le début de la semaine alors que seul le chemin Trim à la hauteur de l'île Petrie, dans le secteur Orléans, est fermé en raison de la montée des eaux. Un peu plus à l'est, dans le secteur Cumberland, les ruelles Boisé (entre les chemins Mortin et Armstrong) ainsi que Leo (à l'extrémité du chemin East Shore) sont inaccessibles. Au total, environ 75 propriétés sont touchées. 
Selon le directeur des services routiers à la Ville d'Ottawa, Luc Gagné, les zones sujettes aux inondations sont surveillées attentivement et d'autres fermetures s'imposeront si nécessaire. L'administration municipale est en contact régulier avec ses différents partenaires tel que l'Office de la protection de la nature de la vallée Rideau, Conservation de la Nation Sud, l'Office de protection de la nature de la vallée de la rivière Mississippi et Parcs Canada. 
À une dizaine de sites sur son territoire, la Ville met gratuitement du sable et des sacs en libre-service à la disposition des résidents qui vivent dans les endroits qui pourraient être touchés par des inondations, comme à chaque année. Cependant, les citoyens doivent venir les remplir eux-mêmes. 
Avis aux cyclistes et piétons, divers tronçons du réseau du Sentier de la capitale sont aussi fermés en raison de la hausse du niveau des eaux, et ce, des deux côtés de la rivière, avertit la Commission de la capitale nationale. La prudence et le respect des barricades de signalisation sont de mise.
Mobilisation citoyenne à Maniwaki
La communauté s'est mobilisée à Maniwaki afin de contrer les effets de la crue printanière, notamment autour du Foyer Père-Guinard, évacué de façon préventive plus tôt cette semaine.
« Je pense que c'était important de le faire », souligne le maire de Maniwaki, Robert Coulombe, soulignant l'impact négatif qu'aurait une fermeture prolongée du Foyer Père-Guinard sur les aînés qui y sont hébergés.
Au total, près de 4000 sacs de sable ont été remplis pour former la digue autour de l'établissement. Avec le niveau de l'eau qui s'est stabilisé, la communauté de la Haute-Gatineau a obtenu un répit avant l'arrivée de la pluie prévue pour vendredi, samedi et dimanche. M. Coulombe reste optimiste.
Il souligne que le réservoir du Baskatong n'est plein qu'à 60 % de sa capacité, ce qui lui permettra de retenir une importante quantité d'eau pendant quelques semaines.
« Les gens sont inquiets, ils se souviennent des inondations en 1974, mais ce n'est pas du tout la même chose. En 1974, le Baskatong était plein, on n'a jamais eu la capacité de contrôler les niveaux d'eau. Là, il est assez bas. ».
Les autorités de Pontiac recommandent des évacuations
La municipalité de Pontiac s'attend à ce que le niveau de la rivière des Outaouais monte de 17 centimètres, d'ici dimanche, en raison de la pluie qui doit tomber dans la région.
Pontiac recommande fortement aux résidents touchés par les inondations de quitter leur propriété avant que l'eau commence à monter de nouveau.
La municipalité leur rappelle qu'il sera très difficile pour les services d'urgence d'avoir accès à leur maison à partir du week-end et que l'électricité sera coupée à plusieurs endroits au fur et à mesure que l'eau montera.
Les citoyens de Pontiac touchés peuvent obtenir de l'aide de la Croix-Rouge entre 15 h et 22 h, vendredi, ainsi que de 9 h à 16 h, samedi et dimanche, au centre communautaire de Luskville sur la route 148.