Les rénovations du parlement comprendront l’ajout de systèmes modernes de chauffage, d’électricité et de technologie de I’information.
Les rénovations du parlement comprendront l’ajout de systèmes modernes de chauffage, d’électricité et de technologie de I’information.

Les impacts de balles sur les murs du parlement, un «tissu patrimonial»

Lee Berthiaume
La Presse Canadienne
Les impacts de balles sur les murs, mauvais souvenirs de l’attaque de 2014 sur la Colline du Parlement, font partie du «tissu patrimonial» de l’emblématique édifice du Centre et ne seront pas colmatés lors des rénovations importantes de l’édifice, selon un haut fonctionnaire du gouvernement qui a offert une visite des coulisses du projet à La Presse Canadienne.

La série de trous de balle est présente dans le Hall d’honneur depuis la fusillade impliquant Michael Zehaf-Bibeau, un sympathisant du groupe militant État islamique, le 22 octobre 2014.

Zehaf-Bibeau, qui a pris d’assaut la Colline du Parlement quelques minutes après avoir tué le caporal. Nathan Cirillo, devant le Monument commémoratif de guerre du Canada, a été tué dans la fusillade impliquant des agents de sécurité et la GRC dans le couloir aux murs de pierre qui relie la porte d’entrée de l’édifice et la Bibliothèque du Parlement.

Alors que les parlementaires étaient divisés sur la proposition de conserver les trous de balle, Rob Wright, sous-ministre adjoint de Services publics et Approvisionnement Canada et fonctionnaire responsable de la gestion des rénovations, a déclaré qu’une décision avait finalement été prise pour les conserver.

«Il a été décidé que cela fait maintenant partie du tissu patrimonial de ce bâtiment. Nous ne prévoyons donc aucun changement à ce sujet», a déclaré Rob Wright.

Les impacts de balles ne sont pas les seuls éléments de l’édifice du Centre que les travailleurs prévoient de garder intacts dans l’édifice abritant la Chambre des communes et le Sénat.

Les rénovations comprendront l’ajout de systèmes modernes de chauffage, d’électricité et de technologie de I’information dans le bâtiment vieux de 100 ans. Il y aura également des mesures pour le rendre carboneutre et il est prévu de couvrir ses trois cours. Rob Wright a déclaré que l’édifice du Centre est le pire édifice en matière d’économie d’énergie de la colline parlementaire.

Il n’est pas prévu de modifier la taille physique de la Chambre des communes, même si la chambre, dans laquelle siégeaient 338 députés avant de fermer ses portes durant la pandémie, devra éventuellement en accueillir 450 à mesure que la croissance démographique du Canada continue.

De nombreux autres éléments de conception doivent encore être définis. Jusqu’à présent, Rob Wright est incapable de dire quand les rénovations seront terminées - ou combien elles coûteront.

•••

À lire dans notre édition de samedi: Les murs du parlement parlent