En août 2008, quand Michel Thibodeau a été incapable de se faire servir en français sur un vol d'Air Canada de Montréal à Ottawa, il est devenu bien malgré lui un Don Quichotte des temps modernes.
En août 2008, quand Michel Thibodeau a été incapable de se faire servir en français sur un vol d'Air Canada de Montréal à Ottawa, il est devenu bien malgré lui un Don Quichotte des temps modernes.

Sur les ailes de la francophonie

Denis Gratton
Denis Gratton
Le Droit
Il n'est pas membre de l'ACFO d'Ottawa, ou du MIFO, ou de tout autre organisme franco-ontarien voué à la promotion, la défense et à la protection de la langue française en Ontario. Il n'a pas de drapeau franco-ontarien qui flotte devant chez lui, à Orléans. Il ne chante pas Notre place de Paul Demers avant de se mettre au lit. Mais Michel Thibodeau, par sa persévérance et sa détermination, se veut l'un des plus grands défenseurs de la langue française en Ontario et au Canada.