L’heure de la retraite est loin d’avoir sonné pour Madeleine Meilleur.
L’heure de la retraite est loin d’avoir sonné pour Madeleine Meilleur.

Madeleine Meilleur, d’Ottawa-Vanier à Bagdad

Denis Gratton
Denis Gratton
Le Droit
CHRONIQUE — LES GRANDES ENTREVUES / Il y a trois ans, Madeleine Meilleur surprenait un peu tout le monde en annonçant son départ de la vie publique. Après 25 années en politique municipale et provinciale, dont 13 années comme ministre dans les cabinets de Dalton McGuinty et Kathleen Wynne, le temps était venu pour la Procureure générale de l’Ontario et ministre déléguée aux Affaires francophones de tirer sa révérence et de passer plus de temps auprès des siens.