Pierrette et Ghyslain Froment-Savoie souligneront le 20e anniversaire de la maison qui porte le nom de leur fils, Mathieu.

L’inoubliable Mathieu Froment-Savoie

CHRONIQUE — LES GRANDES ENTREVUES / « Mathieu a toujours été pour son entourage une source de grande fierté. Il a beau dire, par modestie, qu’il ne se considère pas comme un héros ou un modèle à suivre, il sera toujours pour nous un modèle de courage, de ténacité, de générosité et de vie ».

C’est dans ces mots que Pierrette Froment-Savoie et Ghislain Savoie concluent la préface du livre qu’a écrit leur fils Mathieu alors qu’il était âgé de… onze ans.

C’était au printemps 1990. Le jeune garçon était atteint d’un cancer incurable et, selon ses médecins, il ne lui restait plus qu’un an à vivre. Mathieu Froment-Savoie a alors décidé de raconter sur papier ses joies, ses peines, ses craintes, sa douleur. Sa vie, bref. Quelques mois plus tard, son livre intitulé Le cancer à onze ans était lancé au Salon du livre de l’Outaouais.

Le 3 avril 1991, Mathieu rendait l’âme entouré des siens. À la maison. Comme il le souhaitait.

Requiem pour Mathieu

Ghislain Savoie a été enseignant en sciences politiques et en relations internationales à l’Université d’Ottawa et à l’Université de Moncton avant de devenir haut-fonctionnaire au ministère fédéral des Communications, devenu depuis Patrimoine canadien.

Son épouse, Pierrette Froment-Savoie, est pianiste, récitaliste et compositrice de renommée internationale.

Elle enseigne depuis plus de 50 ans au Conservatoire de musique de Gatineau et sa réputation n’est certes plus à faire.

« J’enseigne toujours à temps plein, dit-elle. Je suis toujours aussi passionnée et je ne vois pas de retraite à l’horizon. Mon piano n’est pas juste un meuble, il est un ami, un confident. »

Le 11 février prochain, à l’église Saint-François-de-Sales, à Gatineau, Mme Froment-Savoie offrira un concert lors duquel elle interprétera Le Requiem pour Mathieu, une œuvre exceptionnelle qu’elle a composée un an après la mort de son fils. « Ce sera un moment spécial, dit-elle. Un moment marquant. Le Requiem pour Mathieu, je l’ai écrit avec mon âme. »

Les profits de cette soirée seront remis à la Maison Mathieu-Froment-Savoie, le centre de soins palliatifs de l’Outaouais qui fête cette année ses 20 ans et qui a été nommé en mémoire de cet enfant prodige qui a touché le cœur de milliers de gens durant son trop court passage sur cette Terre.

***

« Nous avons perdu notre fils en 1991, mais le monde musical a perdu un grand musicien qui ferait le tour du monde aujourd’hui, affirme Mme Froment-Savoie. Mathieu jouait du piano à l’âge de deux ans. Puis à l’âge de cinq ans, il a décidé qu’il allait apprendre le violoncelle. Lorsqu’il a passé une audition au Conservatoire de musique (de Gatineau), tous les professeurs étaient là. Après sa prestation au violoncelle, tous les profs voulaient l’avoir comme élève. Ils se l’arrachaient, se souvient-elle en souriant.

Pierrette et Ghyslain Froment-Savoie

«Mathieu a participé au Festival de musique d’Ottawa à l’âge de sept ans, poursuit-elle. Et il a gagné. Le juge a alors déclaré devant une salle bondée : «remarquez ce petit bonhomme. Vous le verrez bientôt sur toutes les scènes du monde.» Une autre fois, dans un autre festival, les participants devaient apprendre un morceau en un jour. Ils allaient chercher le morceau, ils l’apprenaient et, le lendemain, ils devaient aller le jouer. Mathieu l’avait appris par cœur, tandis que les autres jouaient avec les partitions. Mathieu, lui, ressentait la musique en lui, c’était naturel. Le juge lui a alors dit : «tu n’as pas fait comme c’est écrit». Mathieu est devenu rouge de gêne. Mais le juge a ajouté : «Mais t’es le seul qui était correct, c’est plein de fautes dans les partitions». (Rires).

«Notre fils était bourré de talents, enchaîne son père. Et pas juste en musique. Il était bon cuisinier. Il était très doué en informatique alors que les ordinateurs personnels n’en étaient qu’à leurs débuts. Il faisait l’école à la maison durant sa maladie et il avait obtenu des notes exceptionnelles, dont 100 % dans son cours de français. Il était un communicateur, il aimait parler en public et rencontrer les gens. Et il était doté d’un sens de l’humour hors du commun.

«Une fois, alors qu’il était âgé de cinq ou six ans, il a été magasiné chez Zellers avec son grand-père. Mais les deux se sont séparés à un moment donné. Mathieu était perdu. Il s’est alors rendu au comptoir d’information du magasin et il a dit à l’employé : «mon grand-père est perdu, pouvez-vous l’appeler et m’aider à le trouver». Dans sa tête, ce n’était pas lui qui était perdu, c’était son grand-père !». (Rires).

20e de la Maison

La Maison Mathieu-Froment-Savoie a débuté ses activités en 1993, deux ans après le départ de Mathieu. «À l’époque, se souvient M. Savoie, ce centre offrait uniquement des soins palliatifs à la maison.»

La Maison Mathieu-Froment-Savoie a été inaugurée en 1999. Elle se trouvait alors dans le secteur Aylmer, mais elle est déménagée en janvier 2009 dans de plus grands locaux d’une ancienne église de la rue Sherbrooke du secteur Hull.

Cette maison est devenue au fil des ans un partenaire essentiel du réseau de la santé et des services sociaux et elle est reconnue comme un maillon indispensable de soins palliatifs en Outaouais.

«Les spécialistes en soins palliatifs qui ont mis sur pied ce centre nous ont demandé la permission de lui donner le nom de Mathieu, se rappelle Mme Froment-Savoie. Mathieu avait été courageux dans sa maladie et les fondateurs du centre trouvaient que ce nom allait bien pour cette maison.»

«Nous n’avions aucune objection, ajoute M. Savoie. C’est une façon de faire vivre notre fils d’une autre façon. Mathieu ne sera jamais oublié.»


« Le cancer m’a beaucoup pris, mais je reste malgré tout convaincu que la vie a plus à donner qu’à prendre. »
Mathieu Froment-Savoie, «Le cancer à onze ans»

Pour des billets pour le concert Parlez-moi d’amour — Requiem pour Mathieu du 11 février prochain présenté dans le cadre du 20e anniversaire de la Maison-Mathieu-Froment-Savoie : mmfs.org ou le 819-770-3900.