Pierre Donnais est le nouveau chef d'antenne à TVA Gatineau-Ottawa.

Le long détour de Pierre Donais

CHRONIQUE — LES GRANDES ENTREVUES / Pierre Donais aurait pu succéder à son père à la tête des sept maisons funéraires de sa ville natale de Drummondville. Son grand-père lui a même offert une Cadillac flambant neuve s’il quittait son poste d’animateur à la radio pour prendre les rênes de l’entreprise familiale.

Mais non, il n’en était pas question. Pierre Donais voulait être communicateur. Animateur. Journaliste. Chef d’antenne, comme l’était son idole, le légendaire Walter Cronkite. Disons que lorsqu’il avait 17 ans en 1969 et qu’il a regardé Neil Armstrong marcher sur la lune, il ne rêvait pas de devenir astronaute, il rêvait plutôt d’être à la place du commentateur qui racontait les premiers pas de l’homme sur la lune.

Et après plus de quatre décennies à la radio et à la télévision, Pierre Donais peut dire sans se tromper qu’il a réalisé ses rêves les plus fous.

Il est déménagé en Outaouais en 1975 lorsqu’il a été recruté par la station radio CJRC (aujourd’hui 104,7 FM) pour occuper le poste de directeur de l’information. Il n’avait que 21 ans…

« Je ne comprends toujours pas ce qui a poussé la direction de CJRC de l’époque à me confier ce poste, lance-t-il en souriant. J’arrivais de Montréal où j’étais journaliste à la station CJMS. J’étais très jeune, mais j’avais une drive pour l’information — je ne dirais pas maladive — mais c’est quelque chose qui m’animait énormément. Mais il va sans dire que j’ai dû apprendre sur le tas. »

Il est retourné à Montréal après quelques années à la barre de l’information de CJRC pour aller diriger le bureau des sports la station CJMS. Puis il a fondé le réseau NTR de La Presse canadienne avant de prendre la direction de la station radio CKML, toujours à Montréal.

Et en 1985, il est revenu en Outaouais pour animer Les matins Rock Détente (aujourd’hui Rouge FM) avec son ami André Blanchette, un poste qu’il a occupé pendant 15 ans.

« J’ai ensuite fait un passage de deux ou trois ans comme chef d’antenne à TQS Gatineau (aujourd’hui V) et, en 2003, je débarquais à CPAC où j’ai été chef d’antenne pendant 15 ans », résume-t-il.

Retour sur le terrain

Le mois dernier, on apprenait que Pierre Donais quittait CPAC pour succéder à Mathieu Lacombe comme chef d’antenne du bulletin de nouvelles de 18 h à TVA Gatineau-Ottawa. Pourquoi cet autre changement de carrière à moins d’un an de ses 65 ans ?

« Après 15 années à CPAC, j’avais fait le tour, répond-il. Il y avait chez moi un désir de regarder ailleurs. J’ai annoncé mon départ à la direction de CPAC en début mai, sans savoir ce qui m’attendait. Je me suis fait un plan. J’avais plusieurs possibilités devant moi, dont une qui était la retraite. Mais quand Sébastien Côté (le directeur de l’information de TVA Gatineau-Ottawa) m’a appelé pour vérifier si j’étais intéressé à succéder à Mathieu Lacombe qui venait de quitter pour la STO (Société de transport de l’Outaouais), je lui ai dit oui. Et lorsque j’ai vu la réaction incroyable du public à l’annonce de ma nomination à ce poste — un véritable tourbillon de commentaires positifs — j’ai vite réalisé qu’on ne m’avait pas oublié, et je me suis dit que je n’étais pas près d’arrêter. Je me suis rendu compte que j’ai touché beaucoup de gens au cours de ma carrière. Moi, la nouvelle, je ne peux me passer de ça. C’est comme de l’essence dans mon réservoir. »

« TVA Gatineau-Ottawa fêtera ses 40 ans à l’automne, poursuit-il. Je me souviens d’avoir assisté à l’ouverture de la station en me disant : “un jour, j’aimerais être chef d’antenne à cette station”. Il y a 40 ans de ça. Disons que le gars a pris un long détour ! », ajoute-t-il dans un éclat de rire.

Mais passer de CPAC à TVA est tout un changement de beat, comme on dit dans le métier. Pierre Donais passera de la « bulle » parlementaire au « vrai » monde sur le terrain. Est-il un peu appréhensif devant ce changement plutôt radical ?

« Non, répond-il. Mon travail, c’est d’arriver à mettre tout le monde à l’aise et de faire oublier la caméra. Et pour moi, que tu sois premier ministre, ministre, député ou citoyen, ça revient toujours à une conversation entre deux êtres humains. »

Pierre Donais entrera en ondes à TVA le 27 août prochain.

Le notaire

Comme si sa carrière en journalisme n’était pas assez exigeante, Pierre Donais, qui est père de deux garçons, a obtenu une maîtrise en droit en 2012 et il est devenu notaire. Pour améliorer ses connaissances, expliquera-t-il.

« Et j’ai trouvé une façon d’unir les deux métiers, dit-il. J’aime faire du droit. Mais j’adore mon métier d’animateur. Il y a une nuance entre les deux. Tu sors avec une fille et tu lui dis “je t’aime bien”, le message est clair. Tu sais que la bague ne viendra pas. (Rires). Mais à l’information, je “tripe”. Je consacre en moyenne 25 heures par semaine au notariat. Mais à l’automne, j’y mettrai peut-être de 10 à 15 heures, et je jugerai si j’ai l’intention de poursuivre (en droit) ou non. »

— Mais n’y a-t-il pas un risque potentiel de conflit d’intérêts entre ces deux professions ?

— Non. Parce que j’ai choisi volontairement le droit familial, c’est-à-dire testament, succession, mandat. Si j’étais notaire dans le domaine corporatif, il y aurait effectivement un potentiel de confit d’intérêt. Et ça, je ne permettrais pas ça.

— Et combien de temps vous voyez-vous à la barre du bulletin de nouvelles de TVA ?

— Tant et aussi longtemps que j’aurais du fun, j’y serai. Disons que mon rêve est de rester longtemps, et de continuer à avoir du fun.»