Marie-Claude Morin laissera son micro à la radio après 20 ans de service.

La fin d’une aventure pour Marie-Claude Morin

CHRONIQUE — LES GRANDES ENTREVUES / Elle accompagne quotidiennement les gens de l’Outaouais et de la grande région d’Ottawa depuis 20 ans.

Animatrice de l’émission du matin à la radio Rouge FM depuis deux décennies, Marie-Claude Morin est un peu devenue l’amie de milliers d’auditeurs qui l’ont choisie pour débuter leur journée, pour prendre le petit-déjeuner avec elle, pour l’écouter en se rendant au boulot.

Mais la semaine dernière, Marie-Claude Morin a surpris un peu tout le monde en annonçant son départ prochain de la radio. Mère de trois enfants âgés de 15, 13 et 12 ans, le temps est venu pour elle de dire au revoir à son micro et à ses fidèles auditeurs, et de dire rebonjour à sa famille.

C’est une véritable vague d’amour qui a déferlé sur les réseaux sociaux à l’annonce de son départ. « Tu vas tellement nous manquer », ont écrit des centaines d’internautes.

« Cette vague d’amour, au début, je ne savais trop comment la recevoir, avoue Marie-Claude Morin. À un moment donné, j’ai fermé mon ordi et mon téléphone, c’était trop. Je ne sauve pas des vies. Je ne suis pas médecin. Mais quelque part, je me rends compte que je sers tout de même à quelque chose, dit-elle en souriant. J’ai senti l’impact que j’ai eu dans la vie des gens pendant toutes ces années à partager mon quotidien avec eux, mes valeurs, à ce que je crois. Et je prends tout ça avec beaucoup d’humilité. Les gens m’ont aussi beaucoup apporté. Et moi, de mon côté, j’ai essayé de leur apporter un peu de moi. Plusieurs m’ont écrit «tu vas me manquer». La première chose que je pense en lisant ça, c’est que vous aussi vous allez me manquer. Ça me touche beaucoup. »

Mais pourquoi part-elle alors qu’elle se dit toujours passionnée de la radio et qu’elle affirme « exercer le plus beau métier du monde » ?

« J’y pensais depuis un certain temps, répond-elle. Ça n’a pas été une décision facile à prendre. Mais de vivre cet horaire-là pendant 20 ans… Debout à 3 h 30 le matin. Quand mes enfants étaient jeunes, ça me servait beaucoup. Sauf que là, j’ai trois adolescents qui se couchent à 23 h alors que ça fait déjà quatre ou cinq heures que leur mère dort. Et lorsqu’ils reviennent de l’école, leur mère vient de se réveiller de sa sieste. C’est un peu tout ça aussi.

«Mais je ne quitte pas parce que je suis malheureuse, insiste-t-elle. J’ai vécu des années formidables pendant lesquelles j’ai pu faire de la radio avec toute la liberté du monde. Et je suis excessivement privilégiée d’avoir pu être au même endroit pendant 20 ans. Le privilège de créer un lien avec les auditeurs et que ceux-ci nous écoutent depuis 20 ans, c’est quand même phénoménal. Mais j’ai besoin d’un nouveau défi. J’ai besoin de provoquer le destin un peu. J’ai été très stable pendant 20 ans et on dirait que j’ai un peu le goût de brasser les cartes. J’ai beaucoup d’idées en tête. Mais pour l’instant, je vais m’accorder une longue pause estivale.

Marie-Claude Morin

— Et si dans un an ou deux on vous offrait un autre poste d’animatrice à la radio ?

— Je ne sais pas, je ne dis pas non. La radio a été toute ma vie. Je me définis par la radio quelque part.

— Donc vous n’accrochez pas votre micro à tout jamais ?

— Non. Je quitte Rouge FM.»

***

Originaire de la région de Montréal et titulaire d’un baccalauréat en communications de l’UQAM, Marie-Claude Morin, 47 ans, a commencé sa carrière radiophonique à Valleyfield, en 1994, dans une petite station de radio privée et indépendante.

«Après Valleyfield, j’ai travaillé dans les radios de Montréal pendant cinq ans, se souvient-elle. En 1999, je travaillais pour CIEL FM et on a eu vent que la station allait devenir le 98,5 FM et changer de visage et de vocation. Un collègue de travail, qui avait déjà travaillé à Rock Détente (aujourd’hui Rouge FM) à Gatineau m’a dit qu’il pouvait me donner le numéro de téléphone de son ancien patron, Claude Gagné, et que je n’avais qu’à l’appeler. Je lui ai dit non merci, que j’aimais mieux rester à Montréal. Puis j’ai mûri tout ça et j’ai finalement décidé d’appeler M. Gagné. Et coïncidence, il cherchait une fille depuis un certain temps pour ajouter à l’émission du matin qui à l’époque était animée par André Blanchette et Pierre Donais. Il voulait ajouter une voix féminine à cette émission. Je suis venue à Gatineau pour une entrevue et j’ai été embauchée. C’était le début d’une longue aventure.

— Dites-vous que vous êtes venue en Outaouais à reculons ?, que je lui demande en souriant.

— Non, pas du tout. Je venais de me séparer de mon copain, je venais de vendre ma maison en banlieue de Montréal, j’étais seule. Donc quand je suis arrivée ici, c’était carrément un nouveau chapitre de ma vie. C’était une nouvelle vie. Je suis arrivée ici avec le cœur et l’esprit ouverts. J’ai découvert la région d’un bout à l’autre, je suis allée voir des shows, il n’y a rien que je n’ai pas fait durant les six premiers mois que j’étais ici. Je me suis vraiment laissée imprégner par la région et je suis tombée en amour avec elle. C’est ici où sont nés mes enfants et, aujourd’hui, 20 ans plus tard, je peux dire que c’est ma région.»

Marie-Claude Morin animera sa dernière émission à Rouge FM le vendredi 12 juillet.