Martin Fontaine n'aura pas quitté la peau du King bien longtemps «(Après Elvis Story), je me suis toujours dit que je referais peut-être Elvis un jour, mais d'une façon qui me permettrait de tripper moi aussi.»

De retour dans la peau du King

Quand Martin Fontaine a accepté en 1995 de tenir le rôle-titre dans la revue musicale Elvis Story au Capitole de Québec, il croyait - comme tout le monde - qu'il allait faire du théâtre d'été le temps d'une saison et qu'il allait ensuite passer à autre chose. C'était sans savoir que le King allait se réincarner en lui...
Elvis Story a roulé pendant 12 ans et a été présenté devant 1,7 million de spectateurs au Québec, au Canada anglais, aux États-Unis, en Europe et en Asie.
Mais au bout de ces 12 années, le temps était venu pour Martin Fontaine de mettre un terme à cette aventure rock'n'roll. «Elvis has left the building.»
Mais la «pause» n'allait durer que six ans.
Martin Fontaine n'a pas chômé pendant ces six années. Il en a profité pour monter le spectacle Showman consacré à la musique noire et pour créer sa propre musique. Parce qu'il faut savoir que ce Lavallois de 49 ans et père de deux filles maîtrise la guitare, le piano, la batterie, le saxophone et le violoncelle.
«Mais mon dilemme, dit-il, était celui-ci: suis-je un interprète ou un créateur? Parce que je fais les deux. Et je n'ai pas ce besoin viscéral de dire: il faut que je fasse ma musique. Ce que j'ai besoin de faire, c'est d'être sur scène et de divertir les gens. J'ai besoin de sentir que ces gens trippent pendant deuxheures, qu'ils sont contents de me voir que je leur apporte un sourire. Je suis troubadour, et j'ai accepté ça.
«Donc, je me suis toujours dit que je referais peut-être Elvis un jour, mais d'une façon qui me permettrait de tripper moi aussi. Donc j'ai décidé de prendre Elvis comme j'aime le faire, c'est-à-dire à l'apogée de sa carrière et dans un show qui peut s'adapter à toutes les situations. Un show live.»
Le spectacle Elvis Experience a germé dans sa tête et est né au terme d'une réflexion de trois ans. Il a été présenté pour une première fois au Capitole l'été dernier et il est maintenant en tournée et présenté un peu partout au Québec.
Quelle est la différence entre Elvis Story et Elvis Experience?
«Elvis Story était une revue musicale sous forme de tableaux dans laquelle on racontait l'histoire d'Elvis Presley, d'expliquer Martin Fontaine. Cette fois-ci, avec Elvis Experience, on reproduit le concert qu'Elvis donnait à Las Vegas dans les années 1971 et 1972. C'est une reconstitution de l'époque comme si nous étions à Vegas dans ces années-là. L'époque où Elvis était à son peak. C'est comme un voyage dans le temps. Vous êtes à Las Vegas, en 1971, le temps d'un spectacle d'Elvis. Ça n'a jamais été fait auparavant.
- Et rêvez-vous de présenter un jour ce spectacle à Las Vegas? que je lui demande.
- J'aimerais beaucoup ça. Et nous sommes en contact avec des gens là-bas qui sont dans l'équipe de Céline Dion et de Véronic DiCaire. Tout ce qui manque, c'est une salle qui se libérerait. Ce n'est qu'une question de timing et on est prêt.
«On m'a souvent demandé: «Pourquoi n'avez-vous jamais fait votre show à Vegas?» C'est parce qu'on n'avait pas le droit. L'exclusivité avait été donnée au Cirque du Soleil (pour le spectacle Viva Elvis). Mais ce spectacle a connu un échec et il n'est plus présenté. Mais nous sommes prêts.
«On n'a pas l'arrogance pour arriver dans le plus gros hôtel et dans une salle construite au coût de 180 millions$. On peut commencer dans le vieux Vegas, dans une salle de 1000 ou 1500 places, et graduellement faire notre nom pour devenir le Talk of the Town. Pour ensuite être recrutés pour jouer dans une salle majeure. C'est mon rêve.»
"*
Martin Fontaine n'était pas un amateur d'Elvis dans sa jeunesse. C'est à peine s'il le connaissait. En fait, le 16 août 1977, jour de la mort du King, Martin Fontaine se trouvait dans un disco à imiter les pas de danse de John Travolta sur la musique des Bee Gees.
Et avant l'arrivée du disco, il était un fan inconditionnel des Beatles. Si bien qu'il a rêvé de remplacer John Lennon après la mort tragique de ce membre du Fab Four en décembre 1980.
«J'avais 16 ans quand John Lennon a été assassiné. Et je voyais un retour des Beatles, un jour, avec moi à la place de John. C'était mon rêve ultime, dit-il en riant.
«J'ai découvert Elvis à la télé dans les navets hollywoodiens dans lesquels il jouait. Et il me faisait penser à mon père. Sa façon qu'il riait, son sourire en coin, son genre, sa démarche. Il m'était donc familier parce qu'il était comme mon père. Donc quand est venu le temps de la revue musicale et d'imiter Elvis, je n'ai eu qu'à puiser dans mes souvenirs d'enfance et les images de mon père. C'était facile pour moi.
- Vous n'avez pas peur qu'on ne vous reconnaisse que pour ça et que le public se dise: Martin Fontaine, c'est Elvis. Un point c'est tout?
- J'ai accepté ça, répond-il. C'est ce que je fais de mieux et les gens aiment ça. Donc j'ai juste à faire la communion de ça et de remercier le ciel. Quand on te donne une chance dans la vie, quand on te passe la rondelle, soit que tu manques le filet ou que tu comptes un but. Moi, j'ai scoré. Donc repassez-moi la puck, je vais essayer de changer mes angles et je vais tenter de compter tout le temps. Je suis heureux avec ça. J'ai compris que c'est peut-être mon rôle et ma mission dans la vie. Je suis heureux, et je rends les gens heureux.
«Le Cirque du Soleil, une multinationale avec tous les moyens financiers et techniques pour créer le plus beau show au monde, n'a pas réussi à créer un spectacle d'Elvis qui touche les gens. Donc peut-être que je fais quelque chose de bon», de conclure Martin Fontaine de ce petit sourire en coin de son père...
"*
Le spectacle Elvis Experience est présenté au théâtre du Casino du Lac-Leamy depuis mercredi. Il reste quelques billets pour le spectacle de cet après-midi à 14h, et celui de demain à 16h.