Les projets ne manquent pas pour Daniel Coutu.
Les projets ne manquent pas pour Daniel Coutu.

Daniel Coutu a plus d’un tour dans son sac

CHRONIQUE — LES GRANDES ENTREVUES / Comme tout le monde, le magicien gatinois Daniel Coutu a dû s’adapter aux contraintes du confinement imposées par la pandémie de la COVID-19. Il a dû annuler plusieurs spectacles, reporter certains projets, repenser sa façon de travailler, jouer le prof à la maison pour ses deux filles âgées de neuf et onze ans. Comme tout le monde.

Mais quand on est magicien, on a plus d’un tour dans son sac…

Et ce n’est pas le confinement qui allait arrêter Daniel Coutu de travailler sur un vieux rêve qui, bientôt, se concrétisera.

On connaît le magicien Daniel Coutu qui fait rire et réfléchir les enfants depuis de nombreuses années et qui est la vedette des émissions jeunesse Science ou Magie , Par ici la magie et Code Max. On connaît l’animateur Daniel Coutu qui peut soulever une foule d’un simple « bonjour » et de son sourire contagieux. On connaît Daniel Coutu l’homme d’affaires à la tête de sa société de production Prestigo Médias.

Et à l’automne 2021, on découvrira le comédien Daniel Coutu alors qu’il incarnera le personnage principal de son propre sitcom (comédie de situation) qui sera tourné en Outaouais et diffusé d’un océan à l’autre à la télé de Radio-Canada.

« Ce sera un sitcom jeunesse tourné en Outaouais au printemps pour diffusion à l’automne 2021, on parle d’une quarantaine de journées de tournage de février à juin (2021), dit-il. Il y aura une dizaine de comédiens impliqués et on comptera 26 émissions de 30 minutes chacune. Ce sera un gros et beau projet national et j’en suis très fier. Ce sera ma boîte qui le produira, c’est une grande prochaine étape pour mon équipe et moi.

«Je ne peux malheureusement pas dévoiler le titre et le concept de ce sitcom même si je brûle d’envie de le dire, ajoute-t-il en souriant. Médiatiquement parlant, c’est la première fois que j’en parle. J’attends juste qu’on (la direction des émissions jeunesse de Radio-Canada) me donne le go pour pouvoir dévoiler les détails. Je suis vraiment fier, excité et enthousiasmé de ce projet-là et j’ai vraiment hâte d’en parler. Ça faisait partie de mes grands rêves.»

***

Daniel Coutu a récemment été honoré au gala de l’Alliance Médias Jeunesse (AMJ) en remportant l’un des trois prix d’excellence réservés au «meilleur contenu interactif» pour son application Technologie 3.0, qui est directement liée aux contenus de son émission Par ici la magie diffusée à Radio-Canada.

Mais plus important encore, le Gatinois a également mérité le Prix d’excellence de la personnalité jeunesse » de l’année, un honneur qu’il a partagé avec la comédienne Gabrielle Fontaine et le duo Sarah-Jeanne Labrosse et Pier-Luc Funk, coanimateurs de MAMMOUTH.


« [....] C’est sûr que l’impact au niveau des tournées et des spectacles a été difficile à gérer. »
Daniel Coutu

Mais confinement oblige, c’est dans le salon de sa résidence à Gatineau qu’il a regardé ce « gala » diffusé en ligne.

« On faisait une brassée de lavage en même temps que le gala. Je n’ai jamais joint autant l’utile au très agréable, lance-t-il dans un éclat de rire. C’est une grande fierté et un honneur de recevoir ces prix. L’AMJ est le plus influent producteur de contenu jeunesse au pays. Juste d’être choisi dans la même catégorie que les trois autres comédiens était un honneur. J’ai pu vivre ce gala en famille, avec ma blonde et mes enfants. On a partagé le bonheur en famille, seuls à crier devant la télé. C’était bien, c’était cool. »

La société de production Prestigo Médias a pris de l’expansion au cours des dernières années. Ses projets, aussi variés les uns que les autres, se multiplient, et le nombre d’employés est en croissance. Si bien que cette entreprise a dû s’établir dans de nouveaux locaux plus vastes à Gatineau. Un déménagement qui s’est fait en début mars… à quelques jours d’un confinement qui allait s’éterniser.

« Ça faisait à peine une semaine qu’on venait de déménager dans nos nouveaux bureaux, raconte Daniel Coutu. On venait de signer le bail, littéralement. On s’embarquait dans cette affaire-là parce qu’il y a plein de nouveaux employés qui se joignent à l’équipe pour mettre en branle les différents projets. Donc c’était quelque chose.

«Mais il y a deux volets à l’entreprise, poursuit-il. On produit et je présente moi-même des spectacles. Prestigo produit maintenant aussi des spectacles pour d’autres personnes. Mais on produit aussi des émissions de télé avec d’autres artistes. Donc pour tout le volet télévision, on a été chanceux de ce côté-là. On était en post-production ou en pré-production de projets, ça se faisait bien à distance. Mais c’est sûr que l’impact au niveau des tournées et des spectacles a été difficile à gérer. Entre le 12 mars et le 1er septembre, il s’est annulé quelque chose comme 400 événements à l’échelle de l’entreprise. C’était énormément de travail de déconstruire tout ça, reporter et pelleter par en avant. Mais c’est comme tout le monde.

«Cette histoire-là (la pandémie), ce sont des millions de petits drames. Il s’agit juste d’apprendre comment mieux rebondir. Quand les pêcheurs ne sont pas au large, ils sont en train de réparer les filets pour la prochaine fois. Donc c’est un peu ça qu’on fait. La passion et le désir de vouloir passer à travers sont là. On n’a pas vécu de découragement extrême et on a gardé le sourire parce qu’on voyait bien que tout le monde était dans le même bateau et que l’idée était d’être patient.

— Vous avez un spectacle à l’affiche de la Maison de la culture de Gatineau le 29 novembre prochain. A-t-il été annulé ?

— Non, il est toujours à l’agenda et on espère bien y être. Je crois qu’on annoncera bientôt le déconfinement des salles de spectacle. Donc si la deuxième vague est clémente à notre égard, ça aura lieu. Je l’espère. Je suis toutefois curieux de voir comment on pourra s’adapter au niveau des salles. Parfois je m’imagine que tous les spectateurs seront vêtus d’une combinaison spatiale, comme les astronautes. Mais le problème avec ça, c’est que ça ne tape pas des mains fort, fort», conclut le magicien en riant.