Dans le cadre d'un projet pilote, les Gatinois sont désormais invités à apporter leur styromousse aux deux écocentres de Hull et Gatineau.
Dans le cadre d'un projet pilote, les Gatinois sont désormais invités à apporter leur styromousse aux deux écocentres de Hull et Gatineau.

Les Gatinois invités à recycler la styromousse [VIDÉO]

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
De tous les déchets que produisent les Gatinois la styromousse est probablement le plus mal-aimé, mais pour l’entreprise Groupe Gagnon située à Prévost, au nord de Saint-Jérôme, le polystyrène #6 est une matière première maintenant recherchée et réutilisée dans la fabrication de mobilier urbain, d’isolant et de béton.

La Ville de Gatineau vient de signer une entente pour un projet-pilote d’un an avec cette entreprise qui permettra de détourner la styromousse de l’enfouissement. À compter de ce jeudi, les Gatinois sont invités à apporter leur styromousse aux deux écocentres de Hull et Gatineau. Les panneaux isolants pour les bâtiments, les emballages de protection qu’on retrouve souvent dans les boîtes d’appareils électroniques et ménagers, ainsi que les contenants alimentaires comme les barquettes pour la viande et les légumes sont acceptés. 

Les Gatinois produisent chaque année environ 406 tonnes de styromousse. Le problème avec la styromousse c’est que jusqu’à tout récemment, il n’y avait aucun débouché pour la réutiliser et qu’une tonne de styromousse prend l’espace de 34 tonnes d’ordures ménagères dans un site d’enfouissement. 


« C’est une excellente nouvelle. On ne s’attend évidemment pas à ce que les Gatinois se rendent aux écocentres pour jeter leurs petites barquettes de viande, mais ils peuvent les accumuler. »
Maude Marquis-Bissonnette, présidente de la commission du développement du territoire, de l’habitation et de l’environnement

«C’est une excellente nouvelle, s’enthousiasme la présidente de la commission du développement du territoire, de l’habitation et de l’environnement, Maude Marquis-Bissonnette. On ne s’attend évidemment pas à ce que les Gatinois se rendent aux écocentres pour jeter leurs petites barquettes de viande, mais ils peuvent les accumuler. Quand ils feront un achat dont le produit est protégé par une grande quantité de styromousse, là ça vaudra la peine de faire un détour par l’écocentre. La styromousse c’est compliqué à jeter parce que ça prend beaucoup de place dans un bac de 120 litres.»

Le directeur général de Groupe Gagnon, Gilles Venne, explique que son entreprise a développé trois marchés pour la réutilisation du polystyrène #6. Tous ces marchés sont actuellement en expansion. Son entreprise a un partenariat avec une autre compagnie québécoise qui produit du mobilier urbain fabriqué à 50 % de polystyrène. «Si toutes les villes se mettaient à acheter ce type de mobilier urbain, on pourrait vider complètement le Québec de tout le polystyrène envoyé à l’enfouissement.» Gatineau n’a pas encore de mobilier urbain fait de polystyrène. Le service des communications précise que c’est le souhait du service de l’environnement d’en avoir, mais que le service de l’approvisionnement doit analyser le devis pour ce type d’achat. 

Le polystyrène entre aussi dans la fabrication d’un nouvel isolant développé dans la région de la Beauce. «On a aussi développé une technologie qui consiste à réduire le polystyrène en poussière afin de la réutiliser dans la fabrication du béton. C’est très prometteur parce que ça augmente la résistance du béton au gel. On vise une grande expansion pour ce produit dans les prochaines années.»

M. Venne récupère le polystyrène dans une quarantaine d’écocentres dans la province.