Les fonds pour le Monument franco de l'U d'O amassés

Philippe Orfali
Philippe Orfali
Le Droit
Pendant que les travaux de construction du Monument de la francophonie de l'Université d'Ottawa vont bon train sur le campus principal de l'établissement, le comité organisateur met fin à sa campagne de financement, celle-ci ayant atteint ses objectifs, un an après son lancement.
Le comité chargé de la réalisation de ce monument de la francophonie a amassé les 100000 $ requis pour la construction du monument lui-même, grâce aux dons de citoyens, d'entreprises et d'organismes de l'Ontario français.
Il est également parvenu à recueillir 35000 $ de plus, ce qui permettra d'ériger un grand drapeau sur le campus Lees de l'Université, semblable à ceux de l'École élémentaire publique Charlotte-Lemieux, dans l'ouest d'Ottawa, et de Casselman, dans l'Est ontarien.
Contrairement aux autres monuments de la francophonie, celui de l'Université ne comptera pas de grand drapeau franco-ontarien. L'université s'était opposée à l'idée d'ériger un immense drapeau sur son campus afin de ne pas froisser la communauté anglophone, selon nos informations. 
La construction du monument a débuté il y a quelques semaines et celui-ci prend forme petit à petit, a souligné hier la présidente du comité organisateur, Trèva Cousineau. 
Le 13e Monument de la francophonie sera érigé sur le campus de l'Université d'Ottawa à temps pour le dévoilement, le 25 septembre, Jour des Franco-Ontariens. 
Situé tout près du Pavillon Perez et du monument en l'honneur de Félix-Leclerc, en plein coeur du campus, ce monument, dessiné par les architectes de l'Université, prendra la forme d'un jardin muni d'une structure, de bancs et de panneaux d'interprétation aux couleurs franco-ontariennes où les noms des donateurs seront gravés.