Les sapeurs ont mis à contribution les échelles des brigades de Farnham et Cowansville pour circonscrire un incendie qui a pris naissance hier, dans une auberge à proximité des pentes de ski sur la rue Maple, à Sutton.

Les flammes ravagent une auberge

En fin d'après-midi, hier, les pompiers de Sutton ont combattu les flammes qui ravageaient une auberge en rénovation sur la rue Maple. Il n'y a pas eu de blessé au cours de l'événement.
«C'est un hôtel en construction qui se situe dans le secteur du centre de ski», a précisé Ingrid Asselin, porte-parole de la Sûreté du Québec. «Tous les sapeurs de la municipalité ont été déployés», indique Julie Lamarche, responsable des communications de Sutton. À l'arrivée des pompiers, peu après 14 h, l'incendie faisait rage à l'intérieur du bâtiment. «Les flammes se sont rapidement propagées du bas de l'auberge vers le haut. C'est vite devenu un feu de structure», mentionne Michel Baillon, lieutenant au service des incendies de Sutton. Les sapeurs ont eu le renfort de leurs collègues de Dunham, Lac-Brome, Cowansville, Waterloo et Farnham. En tout, une cinquantaine de pompiers ont combattu le brasier. Le froid a toutefois compliqué leur intervention. «Le froid vient toujours compliquer notre travail. Les tuyaux gèlent et il faut se relayer. Malgré tout, nous avons bien travaillé et l'incendie a été maîtrisé assez rapidement. Heureusement, ça ne s'est pas produit au beau milieu de la nuit, sinon, le scénario aurait été totalement différent», souligne M. Baillon, ajoutant que les échelles des brigades de Farnham et Cowansville ont été utilisées pour circonscrire le feu. La Sûreté du Québec a quant à elle été appelée sur place pour offrir son assistance. «Nous avons établi un périmètre de sécurité, mais les pompiers se sont chargés de contrôler l'incendie», a fait savoir Ingrid Asselin. L'intervention de Transports Québec a également été sollicitée. La rue Maple a été fermée entre les rues Réal et Poissant pendant une bonne partie de l'opération. Les enquêteurs doivent se rendre sur les lieux aujourd'hui pour déterminer la cause du sinistre.
Tous les détails dans notre édition de samedi