Les employés de la SAQ faisaient peser une menace de grève sur la lucrative journée du 23 juin.

Les employés de la SAQ votent pour six jours

MONTRÉAL — Les employés de la Société des alcools du Québec (SAQ) se sont prononcés, dans une proportion de 91 %, en faveur d’un mandat de grève de six jours.

Le Syndicat des employés de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ) a annoncé le résultat du vote, peu après minuit, au cours de la nuit de dimanche à lundi.

« Les journées de grève seront utilisées au moment opportun, en fonction de l’évolution des négociations », a précisé le syndicat.

Le taux de participation s’est élevé à 54,6 %, a ajouté le syndicat.

Les employés de la SAQ faisaient peser une menace de grève sur la lucrative journée du 23 juin. Elle s’est finalement dérobée sous les pieds du syndicat, puisque celui-ci n’a pas réussi à compiler les votes de ses membres à temps.

La convention collective des employés de la SAQ est échue depuis le 31 mars 2017, mais les négociations ont cours depuis maintenant 16 mois.

« Nous ne souhaitons pas de conflit de travail, mais nous refusons aussi d’aggraver la situation », a déclaré la présidente du SEMB-SAQ, Katia Lelièvre.

Les discussions achoppent principalement sur des clauses non salariales touchant les horaires de fin de semaine relatifs à la conciliation travail-famille et la précarité des employés à temps partiel.

Selon le syndicat, environ 70 % de ses membres travaillent à temps partiel ou occasionnellement et souhaitent diminuer leur précarité.

De son côté, la partie patronale fait valoir qu’elle a besoin de plus « de flexibilité et de souplesse dans l’attribution des horaires ».

Le porte-parole de la société d’État, Mathieu Gaudreault, souligne que 74 % des ventes dans les succursales de la SAQ se font du jeudi au dimanche.

« Ce qu’on souhaiterait, c’est d’avoir plus d’employés présents pendant ces heures », explique-t-il.

Un blitz de négociation de trois jours aura lieu de lundi à mercredi en présence d’une médiatrice.

La partie patronale dit avoir bon espoir d’en arriver à une entente. La direction de la SAQ s’affaire tout de même à mettre au point un plan qui lui permettra de maintenir certaines succursales ouvertes en cas de débrayage.

Si tel est le cas, les détails seront communiqués à la population via le site internet de la société d’État.